Madagascar : Rareté de chauffeurs de poids lourds


Le transport des marchandises traverse actuellement une période de crise. La carence en personnel qualifié paralyse certains opérateurs.
 
Les géants de la route se raréfient. Les conducteurs de semi-remorque et de remorque titulaires d’un permis répondant au profil, sont de moins en moins nombreux. Un problème qui frappe surtout les professionnels du métier qui déplorent la perte générée.

« Le manque crucial de chauffeurs de poids lourds nous pénalise. Des véhicules restent au garage à cause de ce problème », s’insurge Andry Andriamampianina, président de l’Association professionnelle des transporteurs routiers (APTR). La difficulté provient de la suspension en 2004 de la loi autorisant la délivrance du permis de conduire de catégorie E.

Cela freine, en outre, le développement économique selon le rapport des transporteurs. « Faute de chauffeurs qualifiés, les accidents sont fréquents sur les routes nationales à cause des remorqueurs. Ce qui constitue pour nous une grosse perte, compte tenu des milliers de tonnes de marchandises détériorées », poursuit le président de l’APTR. Environ 3 000 poids lourds sillonnent les grands axes de la Grande île et les accidents se produisent surtout sur la RN 2, selon l’Agence des transports terrestres (ATT).

Un atelier national

Actuellement, l’atelier national sur la réforme de la délivrance de permis de conduire, y compris la catégorie E, traduit une volonté de trouver un palliatif. Mais si la solution existe, les mesures d’accompagnement nécessitent d’énormes inverstissements pour les écoles de conduite.

Or en ce moment, les auto-écoles ne disposent pas de véhicules lourds, pour dispenser une formation adéquate. « Nous souhaitons un partenariat public-privé pour réaliser ce projet. Nous ne sommes pas capables d’assurer l’achat d’un camion remorque pour les leçons de conduite », reconnaît José Abel Rakotomalala, président du syndicat des écoles de conduite de Madagascar. C’était hier à l’Espace Dera, pendant l’atelier qui se terminera ce jour.

Pour sa part, Samuel Rakotondrajoa, directeur général de l’ATT, promet d’œuvrer pour normaliser le secteur qui devra répondre à l’évolution de la technologie.
  

Noro Haingo Rakotoseheno
L’Express de MAdagascar
Date : 30-09-2009
http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=29889

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s