Emploi: qui sont les plus discriminés ?


L’origine, le sexe, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle… autant de motifs qui continuent d’être des critères de discrimination au sein des entreprises. La Halde rend son rapport annuel.

Peut mieux faire. Tel a été en substance le discours de Louis Schweitzer, le président de la Halde, la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité lors de la présentation du rapport 2009.  « Les entreprises ont pris conscience qu’il ne suffisait pas de faire des beaux discours pour lutter contre les discriminations. La plupart d’entre elles ont pris des mesures concrètes pour favoriser l’égalité ». Encore faut-il les appliquer. Parmi les 10 545 réclamations reçues l’année dernière par la Halde, près de la moitié concerne les discriminations dans le milieu de l’emploi.

L’origine reste encore le motif majeur de discrimination à l’embauche. « Nous savons que les personnes d’origine africaine ont trois à quatre fois moins de chances de trouver un emploi que les Européens », relate Louis Schweitzer. Hors de question cependant d’utiliser le principe des quotas dans les procédures d’embauche. La Halde préconise toutefois la création d’un Observatoire contre les discriminations: « Pour lutter efficacement contre ces phénomènes, nous devons pouvoir les mesurer et les étudier ».

Femmes enceinte et + de 45 ans

L’organisation s’inquiète également dans son rapport de la forte hausse des requêtes liées au genre. En l’espace d’un an, le nombre de femmes qui se sont plaintes auprès de la Halde d’avoir fait l’objet d’une différence de traitement en matière d’évolution de carrière ou de rémunération a doublé. « Les femmes ne souffrent pas de discrimination au moment de leur embauche mais tout au long de leur carrière », analyse le président de la Halde. Parmi les cas de discriminations les plus fréquents, celles faites envers les femmes enceintes ne cessent d’augmenter. 260 plaintes ont été enregistrées l’année dernière- contre 126 en 2008. La plupart d’entre elles concernent des problèmes de harcèlement, de CDD non renouvelés, de promotions refusées ou de surcharge de travail dès le retour du congé maternité.

Pour remédier à cette situation, la Halde a engagé plusieurs actions en justice contre ces entreprises sans scrupules. L’année dernière une employée a obtenu 200 000 euros de dommages et intérêts pour avoir été licenciée parce qu’elle était enceinte. La Halde vient également de lancer une campagne de sensibilisation pour faire connaître aux femmes leurs droits en la matière. Un million et demi de fascicules pour une « Grossesse sans discrimination » vont être distribués dans l’Hexagone.

Si les discriminations fondées sur l’origine ou le sexe sont de plus en plus souvent portées devant les tribunaux, Louis Schweitzer s’est inquiété de celles faites aux personnes âgées. « Nous savons que ces discriminations sont très fréquentes dans le monde du travail et pourtant elles ne représentent que 5% de nos requêtes. Les seniors ne saisissent pas la Halde car ils sont résignés, ils n’y croient plus », assure-t-il. La situation des plus de 45 ans s’est aggravée avec la crise: la crise pousse les entreprises à recruter les plus jeunes. « C’est aberrant, d’un côté l’âge de la retraite est repoussé et de l’autre se faire embaucher lorsqu’on a plus de 45 ans devient quasiment impossible », note le président de la Halde. Des recours existent pourtant: la discrimination des seniors est le premier sujet sur lequel la Halde est intervenue au pénal.

Source : LEXPRESS.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s