Hôpitaux : L’urgence en pousse-pousse


Les gens vont à l’hôpital par leurs propres moyens de locomotion. Et tous les moyens sont bons.

 

 

L’insuffisance d’ambulance dans les centres hospitaliers amène les gens à chercher un moyen de transport qui convient à leur pouvoir d’achat. À Befelatanana, d’après les explications du directeur d’établissement, le professeur Mamy Randria, l’hôpital n’a qu’une ambulance depuis des années. Même gravement malade, Solo Clément Roger Rakotondrasoa, un père de famille qui luttait contre sa crise d’asthme a été transporté par un pousse-pousse, loué à Ar 2 000 pour rejoindre l’urgence de l’hôpital Befelatanana. « Je n’ai pas les moyens pourtant je souhaite préserver ma vie. C’est pourquoi mes enfants ont loué un pousse-pousse pour m’amener ici parce qu’on n’a pas les moyens de prendre un taxi alors que je tiens à peine debout », explique t-il. Son fils cadet a tiré le pousse-pousse en courant vers l’urgence.

Pas de prise en charge

Le directeur d’établissement a expliqué qu’il restait à faire la prise en charge pré-hospitalier. À Madagascar, les malades se débrouillent pour arriver à l’hôpital. Pour les familles défavorisées, la situation est pire quand l’hôpital n’intervient pas. « Ce n’est pas la responsabilité de l’hôpital de prendre le malade chez lui. Chacun y arrive par ses propres moyens. Chez nous et dans de nombreux pays en développement, il n’y a pas encore de prise en charge pré-hospitalier », a-t-il fait savoir. Il a ajouté que ce n’était pas la première fois qu’un malade prenait le pousse-pousse pour aller à l’hôpital. D’autres y vont sur le dos de leur proche qui court afin de ne pas arriver trop tard à l’hôpital. « Ce n’est pas seulement chez nous mais c’est dans tout Madagascar, qu’on voit ce genre de situation et on s’y habitue. C’est une question de moyens financiers », poursuit-il.

Ces types de moyen de locomotion pourrait aggraver le cas de la maladie pour certains, car ils ne disposent pas du confort dont le corps a besoin. L’unique ambulance est utilisée pour les malades déjà hospitalisés qui doivent aller quelque part pour une analyse ou autres soins complémentaires, et ce gratuitement. Mais, quand deux ou trois personnes doivent prendre l’ambulance mais dans des destinations différentes, on doit attendre que l’autre revienne pour pouvoir repartir.

 

Source : http://www.lexpressmada.com/hopitaux-madagascar/24208-l-urgence-en-pousse-pousse.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s