Les routes dangereuses


Circuler sur les routes devient de plus en plus risqué, le nombre de victimes d’accidents routiers ne cesse d’augmenter.

« Entre 2010 et 2011,57,5% des per­sonnes admises aux urgences dans les hopitaux, ont été victimes d’ accidents routiers » a déclaré Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, ministre des Transports, durant la présentation officielle du directeur général de l’Agence des trans­ports terrestres (ATT), Rama­handry Gérard Razakarivony, hier à Nanisana. Même si le nombre des accidents mortels semble en baisse, le nombre de blessés monte en flèche. « En 2008, 396 personnes ont été tuées dans des accidents de voiture et 291 ont été blessées, contre 1876 en 2009.Les morts se chiffraient à 280. Durant le premier semestre 2011, le nombre de morts, suite aux accidents routiers, était de 95 et les blessés 735 » précise le ministre des Transports. Le directeur général , Rado Rajoelison, a même lancé un rappel à l’ordre à la fin de l’année 2011, pour sensibiliser les chauffeurs.

Endiguer le fléau

Pour les professionnels du métier, les chauffeurs sont la principale cause de cette triste réalité. « Le temps de formation pour acquérir le permis de conduire est trop court. Les jeunes n’assimilent pas bien les enjeux d’une bonne conduite. Ils ne savent qu’appuyer sur l’accélérateur dès qu’ ils obtiennent leur permis de conduire.
Et pour les chauffeurs qui veulent travailler dans le métier du transport public, ils n’attendent qu’un an au lieu de deux , pour avoir leur permis C » analyse Bernardin Andriambinintsolomora, président de la coopérative 183 et 136.
Pour ce président de coopérative de taxi be, les défaillances mécaniques ne causent que rarement des accidents, notamment pour les taxis be. « Plus de 90% des accidents sont dus à des erreurs humaines » ajoute t-il.

Les solutions proposées pour endiguer ce fléau de­meurent encore théoriques. « Nous allons renforcer les contre-visites. L’unité de contrôle des véhicules était mal préparée auparavant. Les responsables et les premiers concernés n’étaient pas encore prêts à l’appliquer. L’élaboration du plan décennal sur la sécurité routière sera aussi entamée » conclut Ramahandry Gérard Raza­karivony, directeur général de l’ATT.

Vonjy Radasimalala
Samedi 18 fevrier 2012
http://www.lexpressmada.com/5153/transport-madagascar/32047-les-routes-dangereuses.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s