Projets miniers en phase d’exploitation à #Madagascar


Travaux d’exploitation et d’exportation

La suspension de la délivrance de permis minier est levée. Des compagnies commenceront bientôt les travaux d’exploitation et d’exportation. Le ministère des Mines a enfin lâché du lest. Après avoir attendu pendant presque trois ans, huit projets miniers ont fini par obtenir leur permis d’exploitation. Il s’agit, entre autres, de la compagnie Energizer, promoteur du projet d’exploitation du gisement de vanadium à Fotadrevo, Toliara, de Sands project, exploitant potentiel de l’ilménite à Ranobe, Toliara, et de Pan African Mining Sakoa Coal, titulaire de carrés miniers du gisement de charbon de terre de Sakoa, dans le Sud, à l’ouest de Betioky.

L’existence de cette pièce est indispensable, voire incontournable, pour le lancement des activités d’exploitation de ces compagnies. Elle se traduit aussi par la confiance donnée par l’État à ces investisseurs. La suspension de l’octroi de permis minier s’inscrivait, en fait, dans le cadre de la mise en oeuvre de la politique d’assainissement du secteur lancée par l’ancien ministre des Mines, Mamy Ratovomalala. Un projet de reprise a été évoqué au mois de janvier 2012, mais la mesure n’a été effective pour certaines compagnies qu’au mois de mars 2012.

Les infrastructures d’abord

Ce permis d’exploitation, bien qu’indispensable, ne suffit pas pour démarrer les activités. La compagnie Pan African Mining Sakoa Coal, par exemple, attend la délivrance de l’autorisation pour la construction d’infrastructures comme le port ou les routes nécessaires pour les exportations. Cette phase de construction devra durer deux ans pour le projet. Le retard dans l’obtention de l’autorisation de construction entraîenera un recul dans le calendrier prévu pour les premières expéditions.

« D’après le calendrier que nous avons préétabli, les premières productions sont prévues dans la période 2014-2015. À partir de 2016, la quantité exportée est estimée à 5 millions de tonnes par an. Mais ce calendrier n’est valable qu’à une condition, que nous obtenions l’autorisation pour la construction de l’infrastructure portuaire et de la route de 140 kilomètres le reliant avec le site de production. Cette phase devra s’étaler sur deux ans », explique une source auprès de la compagnie.

Selon cette source, le ministère des Transports n’a pas encore délivré cette autorisation et a évoqué la nécessité de lancer des études portant sur la construction du port.

Par Lantoniaina Razafindramiadana

L’Express de Madagascar/16/05/2012

http://www.afriquejet.com/projets-miniers-en-phase-dexploitation-a-madagascar-2012051738543.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s