#Madagascar: Aviation civile – Vols extérieurs sous conditions


L’Aviation Civile de Madagascar annonce que les vols privés vers l’extérieur seront sujets à une autorisation spécifique. Les choses s’éclaircissent pour les compagnies aériennes privées. Les vols commerciaux à la demande à destination de l’étranger, comme les évacuations sanitaires, pourront se poursuivre, moyennant une autorisation spécifique délivrée par l’Aviation civile de Madagascar (ACM).

Ce document, valable uniquement pour un vol, sera octroyé à la demande de l’opérateur. Son obtention sera conditionnée par un Contrôle technique d’exploitation (CTE), effectué sur place par les inspecteurs de l’ACM avant chaque vol. Par contre, les vols à l’intérieur du pays peuvent se poursuivre normalement.

«Le CTE est une pratique courante qui se fait de façon inopinée en temps normal, pour contrôler les compagnies aériennes. Il ne s’agit en aucun cas d’une dérogation ou d’une exonération qui sont des pratiques à bannir », précise Jean Robert Razafy, directeur général de l’ACM, en marge d’une réunion avec les représentants des 11 compagnies aériennes privées, sous la supervision de l’ACM hier à Tsimbazaza.

Cette mesure spécifique fait suite à la décision prise par l’ACM de suspendre la validité des Certificats de transport aérien (CTA) pour les compagnies assurant des vols à la demande pour l’étranger. D’après Jean Robert Razafy, leur octroi ne suivait pas les règles internationales en vigueur selon les normes de l’Organisation de l’Aviation civile internationale (OACI).

Madagascar, qui se trouve dans une phase critique du redressement de son aviation civile, se doit d’apporter au plus vite les corrections nécessaires pour éviter de figurer sur la liste noire. Ces opérateurs doivent donc faire l’objet d’une re-certification, et se conformer aux critères d’attribution prévus par la nouvelle loi sur l’aviation civile malgache, récemment adoptée.

En tout cas, c’était presque une bonne nouvelle pour les opérateurs qui ont poussé un ouf de soulagement, hier. Une compagnie, par exemple, avait une demande d’évacuation sanitaire pour hier soir, une autre devra aller chercher des scientifiques aux îeles éparses demain. Mais la normalisation de leur situation est autre chose. Les dispositifs de la nouvelle loi ont sans doute placé la barre très haut.

http://fr.allafrica.com/stories/201206070722.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s