#Madagascar : Augmentation de 10% des frais lors des grands événements


Cette année, les frais de transport au niveau régional n’ont pas augmenté de manière significative. En cette période de « famadihana », retournement des morts, on assiste à une augmentation de « seulement » environ 10% pour certaines zones régionales. Une augmentation due à la hausse du nombre de voyageurs.

Le « famadihana », pratiqué surtout sur les Hautes Terres, est une des pratiques ancestrales les plus chères à préparer. Pour certaines familles, cela nécessite beaucoup d’argent et la ruée vers les campagnes profite surtout aux transporteurs qui y voient une occasion en or pour augmenter les frais de transport. « Chaque année, à la même période, je transporte des voyageurs qui affrètent mon véhicule pour l’occasion. Mais cette année, sûrement en raison de la hausse du prix du carburant, les frais ont moins augmenté que d’habitude. C’est aussi à cause du coût de la vie qui ne cesse de monter en flèche», affirme un chauffeur de taxi-brousse.
N’empêche, les usagers se plaignent. « L’instabilité des frais de transport entraîne des problèmes car je dois souvent faire des déplacements et mon budget est déjà déterminé à un franc près. Lorsque les frais augmentent, je dois rattraper le manque. De plus, des transporteurs haussent les tarifs sans aucune raison valable», affirme une femme rejoignant son village natal.
En saison hivernale, les gens se déplacent beaucoup plus que d’habitude étant donné qu’elle correspond à la période des vacances. Mais il y a aussi les événements familiaux comme le mariage, les exhumations et autres rituels. Actuellement, le famadihana est l’événement le plus marquant, surtout dans les régions des Hauts Plateaux. Une opportunité pour les transporteurs. « Cette année, j’ai déjà ramené deux corps pour l’exhumation. Ils venaient d’autres provinces. Cela m’a fait quelques bénéfices. Je ne profite pas de la situation : j’aide les familles qui n’ont pas de véhicule à transférer le corps de leurs proches dans la tombe familiale », affirme Njaka, conducteur de taxi-brousse.

Nomena
L’Observateur n°545 page.4

http://www.lobservateur.mg/social/1014.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s