#Madagascar : Sécurité routière dans le Sud


La Route Nationale N°13 d’une longueur de 500 km environ, relie Ihosy et Fort-Dauphin. Elle assure l’acheminement des approvisionnements vers les régions Anosy et Androy à partir des hautes terres centrales en matière de légumes et de PPN ainsi que l’évacuation des produits locaux tels arachides, manioc, riz ou encore patates douces vers les autres régions. Pendant la période de soudure, ces axes assurent l’acheminement de vivres de PAM pour les zones victimes du kere.

D’une manière générale, la RN 13 ne présente pas beaucoup de risques en matière d’accidents routiers, dans la mesure où les automobilistes ne peuvent pas rouler à grande vitesse. Toutefois, pendant les périodes de crue, l’état des radiers comme à Lanàna (au Nord de Betroka), obligent les voyageurs à patienter que les eaux se retirent pendant quelque temps pour que les eaux se retirent avant de poursuivre leur périple. Il s’agit d’une véritable aubaine pour les « mpivarotra hani-masaka » : les prix de plats de riz montent proportionnellement à la montée des eaux. Le piège consiste à franchir ce radier lorsque les eaux ne sont pas encore complètement retirées. De nombreux véhicules qui s’y sont risqués, cédant aux pressions des voyageurs pressés d’arriver à destination, et ont subi des dommages plus ou moins graves. Parmi les spectacles récurrents visibles sur cette tranche de route on retient principalement les camions renversés à cause de l’instabilité de la piste.

Certains axes connexes sont relativement carrossables pendant une bonne partie de l’année grâce aux travaux HIMO réalisés par des organismes spécialisés en la matière, le nombre élevé des radiers perturbe le ravitaillement de certaines zones pendant les périodes de crue. C’est le cas notamment d’Ebelo où sa communication avec Amboasary est coupée lorsque les eaux aux niveaux de trois radiers montent. C’est aussi le cas du radier de Manakompy, à 19km de Bekily vers Bekitro, victime du passage du cyclone Haruna le 23 février dernier. Des travaux communautaires sont organisés régulièrement par la Commune de Manakompy pour boucher les lavaka mais comme les dégâts sont très avancés, un seul passage d’inondation suffit pour tout remettre à zéro.

Si l’état des routes sur la RN13 fait moins grincer les dents des automobilistes, la sécurité dans le sens propre du terme inquiète plus. En effet, nombreux sont les cas rapportés par les quotidiens sur des attaques de véhicules traversant cette route nationale. Par ailleurs, les problèmes d’insécurité régnant dans la zone ont eu des impacts sur l’organisation des chantiers. Les problèmes se posent en particulier pour les paiements, avec le transit de fonds. Un organisme a par exemple suspendu ses interventions dans la zone de Bekitro et Belindo à cause d’une attaque perpetrée sur son personnel.

La réhabilitation de la route nationale était prévue en 2009 mais la survenue de la crise politique a malheureusement interrompu cette ambition. A l’échéance des prochaines élections, la réhabilitation de routes figurent parmi les principaux arguments des candidats, croisons les doigts pour que la RN13 figure parmi les priorités à réaliser des élus. Wait and see

Ferdinand Razanaboaharimanana

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s