#Madagascar : « Notre mobilité est entre les mains capricieuses des Bailleurs de Fonds »


Auguste Rabemanantsoa, ingénieur des TP à la retraite donne son point de vue sur la gestion des routes à Madagascar. Son article est paru dans Journal Telonohorefy du 27 Septembre 2013, dont voici l’intégralité.

Notre mobilité est entre les mains capricieuses des Bailleurs de Fonds. La route Ambilobe – Vohémar en est une illustration

Le tronçon de route nationale n°5A Ambilobe-Vohémar, est une route en terre de 152 km. Elle relie les deux (2) riches et grandes régions de DIANA et de SAVA, seules Régions de l’Ex – Faritany d’Antsiranana. L’Etat désastreux de cette route est tel qu’il faut en pleine saison sèche, douze (12) heures pour la parcourir avec une voiture tout terrain et seize (16) heures à la première pluie. En période de pluie, les camions doivent mettre trois (3) jours de calvaire au cours desquels les marchandises périssables pourrissent des fois, se plaignent amèrement des usagers. Il faut donc se rendre compte de l’importance de cette route dont la défaillance ralentit énormément les activités économiques et sociales de l’Ex Faritany d’Antsiranana.

Cette route très importante devra attendre, une très longue durée indéterminée pour retrouver son état de l’année 1992 où l’on la parcourait en cinq heures et demi (5h30) en véhicule tout terrain. En effet, dans le cadre de la Politique de désengagement de l’Etat, dans le secteur de l’Entretien Routier et de l’amélioration de la traficabilité du réseau routier, le Ministère des Travaux Publics n’exécute plus des travaux en Régie directe. Les travaux sont confiés à des PME (Petites et Moyennes Entreprises). L’abandon du système des travaux en régie directe a été dicté par la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI). La rapidité des interventions d’autrefois de la Régie directe est une histoire ancienne. Actuellement, le Ministère des Travaux Publics n’a plus aucun des moyens en matériels de Travaux Publics (Bulldozers, Niveleuses, Chargeuses, Pelles mécaniques, Compacteurs, Camions citernes à eau, Camions bennes, sonnettes de battage, etc.…). Encore, les Agents de maîtrise ont été déflatés, et pire cela fait plus de 16 ans qu’il n’y avait plus de recrutement officiel d’Ingénieurs des Travaux Publics, plus de 22 ans qu’il n’y avait plus de recrutement d’Adjoints Techniques et d’Agents Techniques pour ce Département. Pour le cas de ce tronçon de route nationale n° 5A d’Ambilobe – Vohémar, les 2 Subdivisions des Travaux Publics d’Ambilobe et de Vohémar (Subdivisions de proximité) sont déjà supprimées.

Par ailleurs, les Petites et Moyennes Entreprises (PME) censées prendre la place de l’Administration pour exécuter l’Entretien Routier et améliorer la traficabilité du réseau n’ont pas investi dans l’achat des gros matériels de Travaux Publics, sachant pertinemment qu’elles ne pourront jamais et jamais amortir ces matériels et récupérer l’investissement, sans garantie des travaux pluriannuels.

L’Administration est ainsi démantelée sans que les Petites et Moyennes Entreprises (PME) soient prêtes. C’est le réseau routier qui subit les conséquences. L’état de ce réseau affecte à son tour l’économie, le social, la sécurité, le tourisme, la mobilité des personnes et des biens, l’éducation, l’évacuation des produits, l’évacuation sanitaire, l’autosuffisance alimentaire, la vulgarisation agricole, etc…

Les Bailleurs de fonds ont réussi à imposer le système de réforme qu’ils ont voulu dans la gestion du réseau routier malagasy. Les Autorités malagasy qui se sont succédées sont inconscientes, trouvent cette manoeuvre normale, certaines s’en réjouissent même, alors que l’Economie est paralysée. Pourtant, les Bailleurs de fonds ne sont là seulement que pour les routes nationales qui les intéressent : la RN27 Ihosy-Farafangana, la RN31 Antsohihy-Bealanana, la RN5A Ambilobe-Vohémar sont de ces routes qui n’intéressent pas les Bailleurs de fonds.

Leur présence est aussi conditionnée par la disponibilité de leur argent si ce n’est déjà engagé dans un Pays qui leur est plus intéressant que Madagascar. L’argent des Bailleurs n’est donc ni disponible à tout moment, ni suffisant pour tout le réseau, ni régulier, ni pérenne. Mais ils se permettent avec, de nous poser un arsenal de conditionnalités dont cet indésirable Désengagement de l’Etat.

Faut-il alors dépendre et attendre vainement des Bailleurs pour le sort d’une route importante comme Ambilobe-Vohémar ?

Si la reconnaissance internationale n’est pas pour l’arrêt du démantèlement continu par les Bailleurs des Unités de production et de gestion de l’Administration routière dans le but de l’affaiblir, mieux vaut ne pas la quémander. C’est trop et trop humiliant. Par contre, si la Communauté Internationale veut accorder une reconnaissance sincère, celle-ci doit être accompagnée de la suppression de tous les clauses et articles humiliants du PAS (Programme d’Ajustement Structurelle) du DCPE (Document Cadre de Politique Economique), du DSRP (Document du Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté), du statut du FER (Fonds d’Entretien Routier).

Curieusement, en cette période pré-électorale, on se demande quel projet de Société les candidats à la présidentielle peuvent envisager avec un réseau routier défaillant qui assure pourtant les 80% du transport à l’intérieur du Pays ! A la période post-électorale, on se demande également, le futur Président pourra-t-il réussir une renégociation d’un partenariat gagnant-gagnant préservant la souveraineté nationale avec ces Bailleurs aux mains capricieuses, à la place de cette colonisation d’ère primaire ?

Rabemanantsoa Auguste

Ingénieur en Chef des Travaux Publics en retraite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s