Mahajanga – Les taxis-motos à régulariser


tricycle 2

La commune urbaine de Mahajanga met de l’ordre dans le transport en commun. En particulier, 2 500 licences seront délivrées pour les triporteurs. 

Le recensement des taxis-motos-tricycles (TMT) dans la commune urbaine de Mahajanga a débuté, hier matin, par la pose d’autocollants. Les triporteurs qui circulent dans la ville devront désormais, tous être identifiés par ces marques distinctives, au logo avec un baobab et les couleurs de la commune.
« La sensibilisation a commencé il y a vingt jours pour que ces moyens de transport en commun puissent régulariser leurs papiers. La municipalité a imprimé 2 500 autocollants. Les TMT auront jusqu’au
28 avril pour le faire. Passé ce délai, ceux qui ne sont pas en règle et sans licence seront suspendus. La police veillera au contrôle et procédera aux sanctions », a expliqué le maire, Mokhtar Salim Andriantomanga.
Chaque tricycle devra compléter ses dossiers, à savoir la police d’assurances et la visite technique. Son propriétaire devra également s’acquitter de la patente auprès du Trésor avant d’obtenir sa nouvelle licence. De plus, la couleur des véhicules doivent être uniformes, jaune, avec la bâche en noir.

Fermeté
Par ailleurs, les données sur ces TMT sont enregistrées dans un ordinateur. Un numéro est mis à la disposition des usagers en cas de réclamation ou en cas de perte ou d’oubli de biens et d’effets personnels dans ces TMT. Cette mesure est initiée face aux nombreuses plaintes des passagers qui ont oublié des sacs ou des dossiers jamais retrouvés. Des chauffeurs subtiliseraient les objets oubliés ou égarés dans leur tricycle.
Révolu est donc le temps de la gabegie concernant les TMT à Mahajanga. La commune urbaine sera ferme. Il est temps de mettre de l’ordre au niveau du transport en commun après un mois de laisser-aller au cours duquel les tricycles circulaient sans autorisation ni licence.
Par ailleurs, des taxis jaunes roulent avec des lanternes pendant sur le côté, à la place du rétroviseur extérieur. Ces véhicules sont aussi en mauvais état. Les surcharges ne sont plus à mentionner, car des chauffeurs profitent de la nuit ou de l’absence de policiers pour commettre des  infractions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s