Les véhicules et chauffeurs des coopératives remis à l’examen ne sont pas encore sortis d’affaire.


La grande majorité, soit 84 % des véhicules convoqués pour la contre visite avaient dix jours pour être réparés et mis aux normes. 44 voitures ont été révisées mais 5 restent encore inaptes à la circulation. « Ils auront jusqu’à mercredi pour mettre au point leur voiture, s’ils ne sont pas encore aptes, on leur donne encore 10 jours de plus, les voitures ne sont pas exploitables durant ce laps de temps et s’ils sont toujours inaptes après cela on leur retirera le permis d’exploitation », affirme le chef de centre de la Direc­tion générale de la sécurité routière (DGRS), le colonel Gélin Ranedson à Mikoja Nanisana hier. Bons freins, bonne direction, bons pneus, les feux de signalisations sont les critères de base pour que les véhicules soient aptes à la circulation. Le reste des véhicules sont attendus mercredi pour la dernière vérification et l’examen.
C’est durant la contre-visite que l’Agence de transport terrestre (ATT) a délivré aux chauffeurs et aux receveurs, l’attestation de fin de formation. Une attestation pour la formation qu’ils ont suivie, qui est axée sur le civisme dans l’univers du transport public, la sécurité routière et la lutte contre la corruption. « Les chauffeurs sont doués mais ils ne savent pas exploiter l’univers du transport, la valeur du permis D et le code de la route, durant la formation, ils étaient amenés à faire des ateliers en premier secours, des formations en code de la route, de suivre à la lettre le cahier des charges sans oublier les règles élémentaires de politesse », affirme Naivo Benja­mina Ravelo­miarajaona administrateur de l’ATT et représentant des usagers des trans­ports routiers des voyageurs nationaux et formateurs. « Les propriétaires des véhicules FIFIABE et SOAMIRA orientent les chauffeurs en fonction du rendement pas pour le service et la sécurité », poursuit-il.

Prise de conscience
Des attestations de fin de formation ont été délivrées aux chauffeurs et aux receveurs des coopératives FIFIABE et SOAMIRA après avoir effectué la visite technique de leur véhicule. « Nous n’avons pas pris cela comme des sanctions, en fait, nous avons pris ça pour une bonne chose, une opportunité pour nous améliorer et pour nous perfectionner. C’est un moyen pour nous de renforcer nos connaissances et çà nous aide à prendre conscience de nos devoirs envers la société, de plus nos permis de conduire sont biométriques », affirment les chauffeurs des transports en commun.

Source:http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/transport-public-mise-aux-normes-obligatoire-63228/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s