Midi Madagasikara / Nécessité de réorganiser la circulation à Tana

http://www.midi-madagasikara.mg/vision/2020/09/17/necessite-de-reorganiser-la-circulation-a-tana/

Avec le retour à une vie normale, la capitale a retrouvé sa joyeuse pagaille. Les rues grouillent de monde et les gestes barrières sont plus ou moins bien respectés. Mais les problèmes d‘encombrement des rues et les embouteillages sont revenus avec cette sensation d’une liberté retrouvée. Antananarivo est redevenue cette ville surpeuplée où l’on a des difficultés à circuler à cause de l’étroitesse des rues et l’habitude retrouvée de ses habitants de déserter les trottoirs occupés par des voitures en stationnement. C’est maintenant au tour de la commune urbaine de remettre de l’ordre dans cette circulation devenue anarchique.

Nécessité de réorganiser la circulation à Tana

Les craintes suscitées par le Covid-19 se sont éloignées et ce sont les problèmes du quotidien qui reviennent. La mairie d’Antananarivo doit maintenant revenir à la résolution des difficultés qui empoisonnent la vie des Tananariviens. Le maire avait lors de sa campagne électorale, présenté un programme ambitieux de réformes et d’innovations pour redonner à la capitale son lustre d’antan. Le défi à relever est immense et la transformation envisagée ne peut pas se faire d’un coup de baguette magique. L’équipe de la CUA a pu se rendre compte des obstacles qu’elle rencontre sur son chemin. Mais après tout, c’est à elle de faire preuve de savoir-faire pour les contourner. Nous ne reviendrons pas sur le tollé provoqué par la démolition des box installés durant la mandature précédente sur les trottoirs de Tana. On ne sait pas si les décisions annoncées concernant les pavillons d’Analakely seront exécutées , mais leurs propriétaires n’entendent pas se laisser faire. Mais pour le moment, c’est la réorganisation de la circulation dans la capitale qui prime. Les responsables ont déjà dû certainement plancher sur ce problème. Les mesures à prendre devraient être drastiques.

Patrice RABE – Midi Madagasikara

Midi Madagasikara / Saturation de la circulation à Antananarivo : Un étudiant étranger tente de solutionner le problème

http://www.midi-madagasikara.mg/societe/2020/09/07/saturation-de-la-circulation-a-antananarivo-un-etudiant-etranger-tente-de-solutionner-le-probleme/

Face au problème récurrent de la circulation à Antananarivo, Abdillah Attoumami, étudiant comorien à l’école supérieure polytechnique d’Antananarivo vient de soutenir sa thèse de doctorat portant sur la circulation routière un milieu urbain.

Dans un document d’une centaine de pages préparé depuis 2015, Abdillah Attoumami, avance que la solution aux embouteillages se trouve dans le transfert de 70% de la population de la Commune urbaine d’Antananarivo vers les communes périphériques. « Selon mes observations, le problème vient de la concentration excessive de la population dans la Commune urbaine d’Antananarivo, mais aussi de la relation de dépendance absolue des communes périphériques vis-à-vis du centre-ville » a expliqué le jeune étudiant. D’après ses enquêtes, les usagers de la route roulent aujourd’hui à 3,5 km/h dans les zones à forte concentration de circulation dans l’agglomération tananarivienne ; environ 137.000 véhicules entrent et sortent de l’agglomération dont 75% s’arrêtent dans un rayon de 15 km ; 78.000 véhicules particuliers sont répertoriés dans la commune urbaine d’Antananarivo quand il n’y a que 1.500 places de parking gérées par la commune. « Si la répartition de la population actuelle est de 50% dans la commune urbaine d’Antananarivo et 50% dans les communes périphériques ; l’idée est de transférer une partie vers les zones périphériques de manière à ce qu’on y localise 70% de la population contre 30% en centre-ville » a-t-il proposé. Pour Abdillah Attoumami, la solution se trouve dans une meilleure répartition de la population par rapport à la question de l’emploi « parce que c’est ce qui pousse la majorité des personnes à intégrer la commune urbaine d’Antananarivo ». De ce fait, il serait plus qu’important d’investir en périphérie en y créant des emplois, des infrastructures dignes des grandes villes, et tout le nécessaire afin que les personnes qui y habitent ne ressentent plus le besoin de se rendre en centre-ville.

Points à améliorer. Outre le développement des zones périphériques, cet étudiant étranger a aussi évoqué quelques points qui selon lui pourraient alléger le trafic routier à Antananarivo. Tout d’abord, mettre au point des services de bus plus performants. « Il n’est pas nécessaire d’investir dans des métros ou des tramways. Il suffirait de mettre en place des bus plus performants que les minibus actuels et de développer un aménagement qui permettrait à ces derniers de rouler à 20 km/h. C’est un projet bien moins coûteux et qui n’encombrera pas davantage la ville » a souligné le jeune homme. Ensuite, il a aussi parlé de la nécessité de créer des parkings relais. Ceci serait particulièrement important puisque le centre de la capitale ne dispose plus d’assez d’espace pour le stationnement des véhicules. Il recommande également de privilégier la construction de route avec 4 voies au lieu de 6 voies. Une chaussée à 6 voies représente selon lui un investissement plus conséquent tout en consommant une surface importante ; ce qu’Antananarivo ne peut pas se permettre.

Application des règlements. Après, il faudrait aussi améliorer la gestion de flux et l’application de la réglementation selon Abdillah Attoumami. « Peut-être faut-il reprendre le contrôle des parkings gérer de manière informelle ? Je remarque surtout que les règlements existent, mais ne sont pas appliqués. Andravoahangy est par exemple devenu synonyme de bouchon, or la chaussée dans ce quartier mesure 12 m de large, de quoi permettre à quatre voitures de se croiser » a-t-il constaté avant d’ajouter que dans ce projet : « on ne touchera pas les installations dans le centre-ville puisque c’est ce qui fait son histoire et sa richesse. La stratégie consiste à libérer la commune urbaine en soutenant les communes avoisinantes ». Le travail de mémoire de cet étudiant devrait être rendu disponible dès le mois prochain.

Anja RANDRIAMAHEFA – Midi Madagasikara