La Gazette de la Grande Ile / Destructions de biens publics : Des chauffards devant la justice ce jour

http://www.lagazette-dgi.com/?p=37664

La destruction des biens publics est une infraction dont les auteurs sont punissables par la loi. Ces derniers temps, cette infraction a pris une ampleur considérable, mais grâce à la communication très avancée et rapide sur les réseaux sociaux, les hors-la loi sont presque arrêtés. Ainsi, des chauffards seront traduits ce jour devant la justice pour avoir commi  ce type d’infraction. L’un a été arrêté à Ambohimangakely après avoir détruit avec son véhicule un jardin de cette localité, décoré et réhabilité à travers la 10ème édition de Tagnamaro. L’autre chauffeur ainsi que son aide sont ceux qui ont percuté la barrière de la route sise à Ankadimbahoaka, faisant la polémique sur Facebook il y a quelques jours. Malgré la réparation de l’infrastructure détruite par leur famille, ils ne vont pas échapper à la justice, laquelle statuera sur leur sort ce jour. La destruction des biens publics est punie sévèrement par la loi pénale. Elle révèle également la mauvaise mentalité de son auteur.

Mampionona D – La Gazette de la Grande Ile

Route nationale:Un plan d’action contre les vols et actes de vandalisme

Le ministre des Travaux Publics était hier à Antsohihy où il a constaté de visu les vols de buses métalliques qui provoquent des coupures sur la RN6. Surtout en cette période de pluies.« La région SOFIA est championne de ces actes de vandalisme qui portent préjudice à l’Etat, mais aussi à la population locale et aux usagers de la route », a fait remarquer Roland Ratsiraka. Face à ces actes répréhensibles qui entravent la circulation des biens et des personnes, il a rencontré les autorités civiles et militaires ainsi que les responsables des collectivités territoriales décentralisées. Du chef de Région aux maires. Le but est de proposer et faire adopter le plan d’action initié par le ministère des Travaux Publics (MTP) pour prévenir les vols et actes de vandalisme sur les ouvrages métalliques érigés le long des routes nationales.

Zones à risque. D’après un rapport de la gendarmerie locale, les buses volées servent notamment à fabriquer des « angady », des pelles et autres outils. Le MTP va identifier les zones à risque et recenser le nombre de structures métalliques vandalisées ou volées. Il est aussi question de responsabiliser les communes concernées en leur donnant les moyens de recruter des agents de surveillance. Sans minimiser la vigilance citoyenne ou « andriamasom-pokonolona ». Les forces de l’ordre et chefs de région seront parties prenantes à ce plan d’action qui sera chapeauté au niveau central par le MTP …(Lire la suite)

R.O

Source: midi-madagasikara.mg/economie/2016/02/17/routes-nationales-un-plan-daction-contre-les-vols-et-actes-de-vandalisme/

Opinions : Adduction d’eau potable et préservation de la route : incompatibles ?

Sur mon parcours quotidien  le long de la route circulaire, depuis la bifurcation menant à Ankatso, jusqu’au rond point de Tsimbazaza (soit un tronçon d’environ 3 km environ), j’ai constaté que cinq bornes fontaines se trouvent tout au bord même de la route, voire sur les trottoirs (à côté  de la station Jovenna à Ankorahotra, près du garage de FTM, en face de la station Total à Ambanidia, à Miandrarivo en face de l’OTIV et à Marohoho près du boucher).

Ces faits m’ont amenée à me poser des questions sur la compatibilité de la route et de l’eau, et sur la faisabilité de la mise en place des points d’eau aux bords des routes.

En effet, comme l’eau est la première ennemie de la route, je me suis demandée pourquoi a-t-on choisi d’implanter ces bornes fontaines sur les trottoirs ?

Il y a des gens qui vont répondre que c’est plus pratique (domaine public, visibilité) mais en tant qu’usager de la route, je ne trouve guère la situation pratique, au contraire, je la trouve très gênante. Lire la suite