L’Express de Madagascar du 15 août 2020 / Transport – Les taxi-bicyclette pullulent

https://lexpress.mg/15/08/2020/transport-les-taxi-bicyclette-pullulent/

Une soixantaine de bicyclettes ont été saisies par la police du cinquième arrondissement. Les propriétaires ont demandé à les récupérer, hier.

Des propriétaires de taxi-bicyclette étaient rassemblés devant le commissariat de police du cinquième arrondissement à Mahamasina, hier. Ils venaient récupérer les bicyclettes saisies, avant hier. Selon les informations fournies par le commissariat de Mahamasina, soixante trois bicyclettes ont été saisies à Ankadimbahoaka, mercredi.

La raison étant que l’usage de taxi-bicyclette est interdit. La plupart a été utilisée pour le transport de personnes. Après cette opération, les propriétaires de taxi ont organisé une manifestation au départ d’Anosibe jusqu’à Mahamasina. « On n’a pas assez d’argent pour prendre un taxi à chaque déplacement. On a constaté que lorsqu’une bicyclette est munie d’un porte bagage, elle a été embarquée immédiatement », déplore Rivo, un des propriétaires, hier.

Dans la matinée, certains ont réclamé le droit d’opérer en ce temps de crise. « Je vends des légumes à Anosibe, et c’est le seul moyen que nous avons jusqu’à présent de pouvoir assurer le transport de nos marchandises à vendre. On ne peut utiliser que ce qu’on a », explique une mère de famille venue à Mahamasina pour récupérer sa bicyclette.

Les bicyclettes leurs ont été remises dans la matinée. « Nous avons mené une action de sensibilisation auprès de ces propriétaires à propos de cette interdiction. Les bicyclettes, pour la plupart, ont été récupérées par leurs propriétaires », enchaîne notre source auprès du commissariat de Mahamasina.

Non autorisé

Depuis le début du confinement et avec l’arrêt des transports commun, un nouveau moyen de déplacement a fait son apparition dans la capitale. Que ce soit pour transporter des personnes, des marchandises pour les petits commerçants, ce moyen de transport gagne du terrain. Une course revient moins cher par rapport au taxi-ville et aux charrettes à bras qui sont particulièrement utilisés dans les périphéries comme Anosizato ou Anosibe.

Dans la Commune Urbaine d’Antananarivo, aucune disposition n’autorise le transport des personnes en deux roues, comme en taxi-moto ou encore à bicyclette. « Actuellement, le transport en taxi-moto et taxi-bicyclette n’est pas encore autorisé. Contrairement aux bus et aux taxi-ville ou encore les charrettes à bras qui travaillent à des horaires fixes », indique le commissaire principal de Police Vigor Bemana Rafenoarison, directeur des transports et de la mobilité urbaine au niveau de la Commune Urbaine d’Antananarivo.

Les contrôles continuent dans la capitale. Selon les informations, la majorité des taxi-bicyclette vient des périphéries, dont Ambohimangakely ou encore Andoharanofotsy dans les districts d’Avaradrano et Atsimondrano.

Diamondra Randriatsoa – L’Express de Madagascar

 

Transaid Cycle Madagascar 2012

After the success of previous trips to Tanzania, Zambia and Kenya Transaid launched its next overseas cycling challenge! This time participants will ride across the north east of the incredible island of Madagascar, pass remote villages, paddy fields and tropical fruit plantations.

We will explore the spectacular island’s parks, admire diversity of plants and animals and look for magical chameleons, lemurs and iconic reptiles. Cycle Madagascar Challenge will take nine days during which you will cycle almost 500 km.

You will have the opportunity to visit Transaid’s project in Madagascar focused on improving access to basic, quality health care for woman and children from rural communities. It will give you first-hand understanding of country’s biggest needs as well as knowledge of Transaid’s work.

Funds raised from Cycle Madagascar will benefit the charity’s Professional Driver Training Project, which aims to improve driving safety standards in sub-Saharan Africa. Road crashes in this region are the third-highest cause of premature death after HIV/AIDS and malaria, and which the World Health Organisation estimates could take over as the primary cause of death and disability by 2020. Funds will also benefit programmes reducing maternal and child mortality rates in sub-Saharan Africa and improving access to health in rural areas.

Spaces are limited so sign up now! Click here to download your registration pack!

Source : http://www.transaid.org/support-us/events-and-appeals/transaid-cycle-madagascar-2012

Voies cyclables: «sas vélo» au menu

La Ville de Montréal fera l'essai de trois... (Photo: The Oregonian)

La Ville de Montréal fera l’essai de trois «sas vélos» cet été, des zones réservées aux cyclistes aux intersections qui facilitent notamment leurs virages à gauche. Populaires en Europe depuis des décennies, ces zones sont présentes depuis une dizaine d’années aux États-Unis, notamment à Portland (photo).

Photo: The Oregonian

Les cyclistes de Paris et de New York les adorent, ceux de Montréal vont pouvoir les apprécier dès cet été. Les «sas vélo», qui obligent les automobilistes à dégager quelques mètres aux intersections pour les cyclistes, feront leur apparition à trois endroits de la métropole. Il s’agit de l’innovation la plus marquante de la prochaine saison cycliste, a appris La Presse.

La Ville de Montréal va ainsi faire l’essai des «sas vélo» cet été. Trois d’entre eux devraient être mis en place dans le cadre d’un projet pilote aux intersections Milton et University, De Maisonneuve et University ainsi que Rachel et Saint-Urbain.Les «sas vélo» sont des zones réservées aux cyclistes aux intersections. En usage depuis des décennies dans plusieurs villes européennes, les sas ont fait leur apparition en Amérique du Nord il y a 10 ans.

Concrètement, ils obligent les automobilistes à s’immobiliser quelques mètres avant la ligne d’arrêt au feu rouge. L’espace dégagé devant les voitures est réservé aux cyclistes, ce qui facilite notamment leurs virages à gauche. La Ville veut de cette manière éviter des accidents en rendant les cyclistes plus visibles aux intersections.

Dans un deuxième projet pilote, Montréal veut réaménager la voie cyclable de la rue Saint-Urbain pour faciliter la cohabitation entre les vélos et les autobus. Les chauffeurs de la STM l’avaient qualifiée d’«extrêmement dangereuse» et avaient même lancé une pétition en 2009 pour qu’elle soit réaménagée ou carrément déménagée.

Les autobus doivent empiéter sur la voie cyclable lorsqu’ils se rangent aux arrêts. Pour remédier à la situation, des bandes de béton seront installées à trois intersections pour protéger les cyclistes.

Voir l’article intégral sur  http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/201105/09/01-4397773-voies-cyclables-sas-velo-au-menu.php

La ville de Londres lance son service de location de vélos

location-de-velos-londres
Un service de location de vélos sera lancé à Londres par TFL External link le 30 juillet prochain. Le maire de Londres a annoncé aujourd’hui que Barclays sera le principal sponsor de ce service.

Des informations diffusées sur le site web de Transport for London (TFL) indique que les vélos seront disponibles 24H/24 à partir du du 30 Juillet, avec 400 stations disséminées dans le centre de Londres (ce qui équivaut peu près à la zone 1 du métro). Lire la suite

Périple malgache à vélo

C’est un périple de 3 000 kilomètres qui attend Sami Hamadouche.

Ce mois-ci, Sami Hamadouche et ses compagnons équiperont des collèges malgaches d’ordinateurs.

C’est une goutte d’eau qui peut servir de catalyseur » témoigne Sami Hamadouche. Passionné par les sciences depuis toujours, cet informaticien parisien s’est installé à Nantes il y a quatre ans. Au mois d’avril, avec l’association à caractère humanitaire l’École du futur dont il fait partie, il s’envolera pour le nord de Madagascar apporter du matériel informatique aux enfants.

La priorité à l’éducation

« Ce que l’on souhaite, c’est initier les enfants à l’informatique, s’enthousiasme-t-il, créer une chaîne de communication sur tout le pays ». Trois collèges profiteront d’ordinateurs, d’imprimantes, d’appareils photos et de caméras, ainsi qu’une école de professeurs et une école mobile. « Pour les élèves, les ordinateurs seront comme des cartables électroniques » précise Sami Hamadouche. Ce projet, intitulé « Cap Masoala », s’étalera sur plusieurs années. « On espère faire deux expéditions par an ». In fine, l’association compte établir un réseau d’établissements scolaires qui couvriraient l’ensemble de Madagascar, comme un « maillage ».

Le vélo, c’est écolo !

Le périple s’étalera sur près de 3 000 km. Il reliera plusieurs villages : Mahazaza, Mahafanga, Antsirabe Et tout ça, à vélo ! Sami Hamadouche explique que ce mode de transport a de nombreux avantages, surtout dans le cadre de ce projet. « C’est écologique, bien sûr, mais ça permet aussi d’aller à un rythme qui facilite les rencontres avec la population, pas comme en voiture. » Pour se préparer physiquement, il parcourt quotidiennement plus de trente kilomètres à vélo. L’École du futur bâtit ce projet avec l’aide de l’association rezéenne Le Lémurien, qui oeuvre en faveur de l’éducation, de la santé et de l’environnement à Madagascar. Les villes de Nantes et Rezé sont aussi de la partie. « Pour partir, on a besoin de 24 000 €, note Sami Hamadouche. On dispose seulement d’un tiers pour le moment. » Pour récolter des fonds, plusieurs actions ont été mises en place : vente de petits vélos, de coffrets, soirée tango Les gens peuvent aussi participer : 5 € par kilomètre (3 € pour le matériel informatique, 1 € pour l’environnement et 1 € pour les zébus).

« C’est une action très concrète à échelle humaine, souligne-t-il. Il faut montrer que cela est possible ».

Source : Presse Océan