Recrutement technicien en gestion publique

 Dans le cadre du Projet « Mise en place et mise en œuvre du Plan Communal de Transport dans les Communes rurales »

Intitulé du Poste :  Technicien en gestion publique

Lieu de travail :  District Anjozorobe

Sous la responsabilité hiérarchique directe : Chef de Projet

Lien fonctionnel  : Toute l’équipe de Lalana-Green

 Qualifications :

Diplôme  d’études supérieures, de niveau BAC+3 , et plus orienté sur la Socio-organisation,  la gestion financière communale, l’animation, et le développement institutionnel

Expériences :

  • Expériences en gestion financière de la commune et de suivi des recettes et des dépenses communales;
  • Expériences dans l’appui institutionnel au niveau communal.

Mission :

Dans le cadre de la mise en œuvre dudit projet prévu se dérouler sur une période de (3) trois ans au niveau des 14 communes du District d’Anjozorobe – Région Analamanga,le Technicien en gestion publique, après avoir assisté à la formation en gestion communale dispensée par les Consultants, aura à assurer:

  • les Plaidoyers auprès des Maires et des Chefs Fokontany;
  • la mobilisation des Autorités locales dans la campagne de sensibilisation auprès de la population sur l’importance de paiement des impôts;
  • l’encadrement des responsables communaux dans la gestion financière de la commune;
  • l’explication les textes en vigueur relatifs aux ressources des communes et l’application de ces textes en collaboration avec les responsables communaux;
  • l’appui et suivi périodique des Autorités communales de l’avancement de la collecte des impôts et taxes diverses;
  • l’identification, et si nécessaire, développer des stratégies de collecte des impôts et taxes pouvant améliorer les ressources fiscales;
  • l’accompagnement des Autorités communales à l’élaboration du Budget communal;
  • la coordination avec les Socio-organisateurs de toutes les interventions portant sur la gestion publique;
  • l’animation des réunions d’informations auprès des citoyens au niveau des Fokontany sur l’avancement du Projet;
  • le rapportage.

Profil du consultant :

Compétences techniques :

  • Bonnes connaissances en gestion financière d’une commune rurale
  • Solides connaissances en développement local
  • Recouvrement d’impôts/ taxes (redevances – ristournes…)
  • Partenariat public privé
  • Connaissance en Socio-organisation
  • Rédaction des rapports.
  • Permis de conduire moto

Compétences relationnelles :

  • Animation et facilitation
  • Persuasion et négociation
  • Esprit d’équipe

Les dossiers de candidature comprenant une lettre de motivation avec prétention salariale, un curriculum vitae détaillé devront parvenir,sous plis fermé avec l’objet au Bureau de l’ONG LALANA Manakambahiny

Lot V 0 8 Ter Miandrarivo Ambanidia Antananarivo au plus tard le 07 Avril à 12.00 Heures ou à envoyer par e-mail : pctrecrutement@gmail.com

Une vraie patriote qui a pensé et œuvré avant tout pour le développement de Madagascar

Il y a un an, notre Présidente, Vero Razafintsalama, nous a quitté pour d’autres routes, quelque part pas si loin de nous …

L’équipe de l’ONG Lalana renouvelle ici sa reconnaissance pour la femme responsable qu’elle a été. Elle a consacré son savoir, ses compétences et sa vie au développement de Madagascar et à l’ONG Lalana grâce à son engagement citoyen sans faille. Elle a toujours su trouvé les moyens d’encourager les acteurs de développement à reconstituer et à préserver le patrimoine routier malagasy pour assurer la mobilité de la population, surtout en milieu rural.

VR et CR Analanjirofo

Entretien d’un journaliste avec Vero Razafintsalama en compagnie du Chef de Région Analanjirofo sur la RNS 5 le 18 mars 2016 (Commune Anandrivola)

Ceci n’est qu’un petit mémoire en souvenir de tout ce qui a été avec Vero Razafintsalama. La mission de l’ONG Lalana continue malgré son absence. Un an après, le temps d’un nouvel élan est venu pour l’équipe en mémoire des réalisations et des belles expériences vécues avec elle.

Jessé Randrianarisoa

Infrastructures routières en milieu rural : Plus que 10% des routes en bon état

« Des textes routiers méconnus, non appliqués et inadaptés. Puis, absence de politiques routières». Ce sont là quelques causes de la détérioration des routes en milieu rural évoquées par l’ONG Lalana. « Le réseau communal n’a pas été défini depuis 1998. Le dernier classement des routes nationales et les routes provinciales date de 1999. Pour ce qui est des routes au niveau des communes, elles n’ont eu aucune situation juridique depuis cette date », rappelle l’ONG Lalana. Avant de rajouter que les maîtrises d’ouvrage dépassent également la capacité des communes concernant l’entretien de ces infrastructures. Toutes ces raisons ont ainsi permis à cette Ong de dire qu’en 2013, « les routes en bon état ne représentaient plus que 10% du réseau routier ». Avant de rapporter que la proportion des Communes accessibles par voie de surface était estimée à 40%. Or, les routes rurales occupent les 72% du territoire national. L’absence de structures en appui à la gestion des routes rurales et le manque de ressources financières (aléatoires et irrégulières), ont causé ces états de dégradation. Et à cela s’ajoute le manque de compétences techniques au niveau local. « Aussi, les partenaires financiers et techniques font souvent face à des difficultés lors des réaménagements ».

Jusqu’en 2020. L’Ong Lalana, depuis sa création le 14 juillet 1998, n’a pas cessé d’apporter sa contribution pour l’amélioration de la mobilité en milieu rural, non seulement par la réhabilitation des routes rurales, mais également par la mise en place d’un système de gestion locale de ces routes. La réalisation des actions de sensibilisation et de préservation sur les axes nouvellement réhabilités font également partie de ses missions. « Nous faisons en sorte de réussir le développement à travers les routes », a confié Nathalie Rasamison de l’Ong Lalana. Depuis 2015 jusqu’en 2020, l’Ong met tout en oeuvre pour qu’une centaine de communes aient développé leur politique routière. « Cela, pour que les services rendus par les routes rurales soient pérennes et inclusifs et permettent en même temps l’amélioration de la mobilité des populations », renchérit Nathalie R. Pour arriver à cette fin, l’ONG Lalana met en œuvre son plan communal de transport (PCT). Ceci est une disposition visant le développement du secteur du transport au niveau des communes. Cet outil consiste à mettre en œuvre la politique routière au niveau des communes (PRCR). « Lalana intervient dans les différentes Régions de Madagascar avec des efforts particuliers pour la Région d’Analamanga ».

Recueillies par Arnaud R.

Source : http://www.midi-madagasikara.mg/societe/2016/08/06/infrastructures-routieres-milieu-rural-plus-10-routes-etat/

Recrutement d’un(e) chargé de communication

ONG Lalana souhaite recruter un(e) chargé de communication pour la mise en œuvre de son projet « Plaidoyer et actions pour une meilleure mobilité des Personnes en Situation de Handicap (PSH) dans la Commune Urbaine d’Antananarivo » cofinancé par l’Union Européenne à travers l’Instrument Européen pour la Démocratie et les Droits de l’Homme (IEDDH).

Date de début : 10 mars 2016

Durée : Contrat d’une durée initiale de 12 mois, avec possibilité de prolongation.

Missions principales

Sous l’autorité du coordinateur, le (la) chargé(e) de communication assistera ce dernier dans les activités de relations avec les médias et de sensibilisation. Il (elle) réalisera les tâches spécifiques suivantes :

1. Relation avec la presse

  • Mettre en place un pool de journalistes qui collaborera avec le projet
  • Organiser des conférences de presse à chaque grand événement du projet

2. Collaboration avec les médias

  • Identifier les canaux et supports adéquats aux objectifs du projet
  • Etablir un partenariat avec les médias identifiés

3. Campagne de proximité

  • Organiser, superviser et faire les suivis des actions de sensibilisations menées auprès des opérateurs de transports

4. Animation des réseaux sociaux

  • Publier et animer les réseaux sociaux (blog, twitter et facebook)

5. Mise en place et organisation du concours annuel : « Transporteurs amis des PSH »

  • Etablir les règles du concours
  • Identifier et mobiliser les institutions à impliquer
  • Etablir les critères de notation

6. Production des outils de communication/ formation

  • Mener le processus de conception des outils de communication et de formation pour le projet
  • Elaborer les outils de communication et de formation
  • Veiller à la visibilité du bailleur de fonds

7. Conférences, colloques, ateliers.

  • Préparer les ateliers, conférences et colloques du projet

8. Généralités

  • Superviser la bonne coordination du planning

Qualité du candidat

  • Bacc+3 en sciences sociales, marketing, communication, journalisme
  • Expérience pertinente dans la communication de masse ou autres domaines apparentés,
  • Familier à la manipulation des réseaux sociaux
  • Expérience dans le plaidoyer
  • Sensible aux causes des PSH
  • Excellente maîtrise du Français à l’écrit et à l’oral indispensable
  • Maîtrise des logiciels de montage et de PAO
  • Expérience en organisation non-gouvernementale.

Date limite de candidature : lundi 29 février 2016

Envoyer par email votre CV avec Photo récente, lettre de motivation, références et prétentions à l’adresse lalana@lalana.org, lalana@moov.mg. Veuillez mentionner dans l’objet l’intitulé du poste « chargé de communication ».

Transport urbain – La ligne 172 élue meilleure coopérative à Antananarivo

La qualité de service offerte par les bus d’Antana­narivo-ville a été jugée, lors d’une enquête réalisée par l’Organisation non gouvernementale (ONG) Làlana, en 2015, sur les axes les plus fréquentés dans la ville d’Antananarivo.
La ligne 172 de la coopérative Kofia, reliant Ando­haranofotsy aux 67 ha, a été la plus méritante, selon les résultats de cette étude. Les lignes 147 de la coopérative Tselatra, reliant Ambatomaro aux 67 Ha et 186 de la coopérative Mitsim­bina, reliant Analamahitsy à Anosy, ont gagné la deuxième place ex aequo. La remise des prix a été effectuée, hier, au siège de l’ONG Làlana à Manakam­bahiny.

Amélioration
Les critères de notation ont été basés sur le comportement des transporteurs et de leur aide pendant leur travail, ou encore la disponibilité des matériels comme la boîte à pharmacie ou
l’extincteur dans le bus.
« Il a été signalé que la majorité des véhicules sur qui on a fait notre enquête sont dépourvus de boîte à pharmacie.
Mais ceci est resté un détail tant que les usagers ne s’inquiètent pas. Ce qui les effraie, c’est leur insécurité pendant le transport, en plus de la vitesse du véhicule et de sa portière entrouverte durant le trajet », explique Mihaso Ran­dria­narisoa.
Cette étude a été réalisée pour encourager l’amélioration du transport public à Antananarivo ville, selon le porteur du projet. « On ne peut pas affirmer avoir la vérité absolue.
Néan­moins, on pense continuer cette étude de la qualité de service. Les résultats
seront octroyés à toutes les entités s’occupant du transport public, à Antananarivo, pour apporter des plus-values », termine Vero Razafintsa­lama, présidente de l’ONG Làlana.

source:http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/transport-urbain-la-ligne-172-elue-meilleure-cooperative-a-antananarivo-55860/