La Gazette de la Grande Ile / Embouteillages : Les bouchons n’en finissent pas !

http://www.lagazette-dgi.com/?p=34893

Les embouteillages s’empirent à Antananarivo et cela en raison des cas de travaux dans certains axes routiers. La fluidité de la circulation demeure un problème permanent dans la ville d’Antananarivo. C’est même la bête noire des automobilistes surtout pour les taxi-be et autres qui cherchent à faire le plus de voyages possibles afin de pouvoir augmenter leur revenu. La réhabilitation des routes a pour but d’améliorer en quelque sorte la circulation car les routes en piteux état ne sont pas favorables à la fluidité de la circulation. A l’heure actuelle, même les deux roues ont du mal à circuler avec les embouteillages monstres qui prévalent dans la ville. La règlementation par rapport à la circulation des charrettes et autres n’est pas suivie à la lettre par les concernés. Il est clair que l’anarchie règne dans la capitale et face à cela, la police nationale effectue une campagne de sensibilisation à l’endroit des usagers de la route privilégiant l’éducation à la punition. C’est d’ailleurs dans cette optique que l’opération « Aro loza » a été initiée. Les charrettes qui circulent à toute heure n’est pas pour arranger la situation. Les bouchons n’en finissent pas et cela accroît de nouveau business comme le taxi-moto.

Jean Riana – La Gazette de la Grande Ile

Midi Madagasikara / Circulation dans la Capitale : Anarchie dans la conduite des deux-roues

http://www.midi-madagasikara.mg/faits-divers/2019/09/24/circulation-dans-la-capitale-anarchie-dans-la-conduite-des-deux-roues/http://www.midi-madagasikara.mg/faits-divers/2019/09/24/circulation-dans-la-capitale-anarchie-dans-la-conduite-des-deux-roues/

Les scooters ou véhicules à deux-roues sont en très grand nombre dans la Capitale. Ils sont loin de respecter le code de la route et représentent un réel danger aux automobilistes et aux piétons. Il n’est pas rare de voir ces scooters vous dépasser à vive allure, sans casque et en double montée. Pire encore, la nuit tombée, ces véhicules sont de loin, difficilement, identifiables, sans phare, aucun moyen de signalisation, prenant au dépourvu les chauffeurs et les piétons. Vu la gravité de la situation, une prise de décision des autorités responsables à tous les échelons devrait s’imposer pour rétablir l’ordre au niveau de la circulation. Des efforts qui devraient être pérennes.

Anastase – Midi Madagascar

Midi Madagasikara / Réhabilitation de la “Route des Hydrocarbures” : 10 milliards Ar offerts par l’association des riverains ARRHP

http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2019/09/13/rehabilitation-de-la-route-des-hydrocarbures-10-milliards-ar-offerts-par-lassociation-des-riverains-arrhp/

La réhabilitation des routes dans la Capitale reprend maintenant si c’était suspendu durant la visite du Pape François en terre malgache. Notons que le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics, met en œuvre le projet « Rues de Tanà », avec ses propres ressources. Le secteur privé a également apporté sa contribution. La preuve, l’association des riverains de la Route des Hydrocarbures et ses Prolongements dite ARRHP, vient d’allouer une somme de 10 milliards Ar, pour assurer la réfection de cette route des Hydrocarbures, à Ankorondrano, au départ du rond-point à Antanimena jusqu’à Tsarasaotra. L’objectif de cette association est non seulement de réhabiliter ce tronçon de route, mais aussi de construire des trottoirs pour les piétons, des canaux d’évacuation d’eaux usées dans le but d’assurer l’embellissement de la ville. Les travaux seront prévus achevés d’ici la fin de l’année 2019. L’ARRHP travaille également an partenariat avec le ministère de tutelle pour la réhabilitation de la Route du Pape.

Navalona R. – Midi – Madagasikara

 

Midi Madagasikara / Gare routière Maki : Les coopératives de la RN2 y seront à partir du 20 septembre

http://www.midi-madagasikara.mg/societe/2019/09/11/gare-routiere-maki-les-cooperatives-de-la-rn2-y-seront-a-partir-du-20-septembre/

L’Agence des transports terrestres (ATT) et le collectif des présidents de coopérative de transport routier ont annoncé hier la nouvelle disposition pour les lignes de taxi-brousse Antananarivo-Tamatave et Antananarivo-Fénérive- Est.

A partir du 20 septembre 2019, les départs et les arrivées auront lieu à la gare routière Maki Andohatapenaka et non plus à Ambodivona.  Pour cette première vague, ce seront 25 coopératives desservant la RN2 qui seront transférées à Andohatapenaka. Le Directeur général de l’ATT, Jeannot Reribaky a expliqué que, cette disposition a été prise dans le cadre de l’amélioration des services de transport à Madagascar. « Actuellement, les coopératives empruntant la RN1 et la RN7 sont déjà basées à la gare Maki et à partir du 20 de ce mois, les transporteurs de la RN2 vont les rejoindre », a-t-il continué son explication.

Une décision qui ravit les passagers. Interrogés sur cette nouvelle disposition, les quelques passagers croisés à Ambodivona sont plutôt contents même si certains d’entre eux estiment que la gare routière Maki est un peu éloignée. « Cette décision va peut-être permettre de solutionner les embouteillages causés par la gare routière d’Ambodivona » selon Rova. Pour d’autres, le va- et -vient des taxis-brousse à Ambodivona en plus de l’état déplorable de la route nécessite des mesures car il est presque impossible d’y circuler à certaines heures. Et si la solution est pour l’instant le transfert des coopératives à Andohatapenaka, il faut s’y faire. Bien évidemment, certains opérateurs ne sont pas contents de cette nouvelle disposition, comme si plus personne n’allait plus se rendre à Tamatave parce que le stationnement se trouve désormais à Andohatapenaka.

Anja RANDRIAMAHEFA – Midi Madagasikara

Midi Madagasikara : Projets d’infrastructures : Une nouvelle loi sur le Patrimoine routier

http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2019/05/14/projets-dinfrastructures-une-nouvelle-loi-sur-le-patrimoine-routier/

La HCC (Haute Cour Constitutionnelle) a validé l’Ordonnance 2019-001 relative au patrimoine routier. Cette loi, qui a été présentée par le régime actuelle à la HCC, porte notamment sur une nouvelle classification des routes, l’attribution des responsabilités respectives de l’Etat, des Collectivités Territoriales Décentralisées et des opérateurs privés, la définition des maîtrises d’ouvrage des routes, des modalités de réalisation et de gestion des infrastructures routières, du financement, du Fonds Routier et des dispositions spécifiques aux autoroutes et autres dispositions diverses finales. Selon le ministère de tutelle, la mise en place de cette nouvelle loi sur le patrimoine routier permettra de bien cadrer la mise en place des projets de réhabilitations et de construction de nouvelles routes, dans le cadre des programmes de l’IEM. C’est d’ailleurs la raison qui a motivé le MAHTP (Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics) à se déplacer, dans la région du sud, avec les bailleurs de Fonds qui financent et vont financer les projets pour la mise en place du Projet d’Aménagement de Corridors et de Facilitation du Commerce, le Projet d’Appui à la Connectivité des Transports (PACT) dans le Sud et la réhabilitation et aménagement de la ville de Tuléar par le PIC II.1 et le PIC II.2

Grands projets. A noter que la restructuration des réseaux routiers ainsi que la redynamisation des transports, routiers, aériens, maritimes et ferroviaires figurent dans les Velirano que le président Andry Rajoelina a fait avec le peuple malgache. La réorganisation des Régions qui constitue un grand changement institutionnel, et surtout les projets de constructions et de réhabilitation liés à l’IEM ont rendu nécessaire la revue en profondeur du cadre juridique relatif aux routes, selon les représentants du MAHTP. Des changements qui ont poussé le président de la République et le Gouvernement actuel à adopter l’ordonnance 2019-001 relative au patrimoine routier. Bref, de nombreux projets sont déjà en cours, mais cette nouvelle loi permettra à l’Etat, avec les partenaires de développement et le soutien du peuple, passera certainement à la vitesse supérieure.

Antsa R. – Midi Madagasikara