La Gazette de la Grande Ile / Les embouteillages : Affaire de tous

http://www.lagazette-dgi.com/?p=36927

Malgré la bonne volonté de la police à multiplier le nombre de ses éléments pour réguler la circulation dans la Capitale, le problème ne sera pas réglé et c’est d’ailleurs étrange que des responsables aient pu penser que cela pourrait résoudre le problème.  Ce n’est pas l’affaire exclusive de la police. Pourquoi ne dit-on pas que plusieurs faits interdépendants causent les embouteillages ? Les scooters qui n’ont aucun respect pour les piétons et qui roulent allègrement sur les trottoirs.  Il suffit d’aller à Ambohijatovo sur la portion de route entre la stèle  de 1947 et le tunnel en heure de pointe pour constater que les piétons risquent leur vie car ce sont les scooters qui roulent sur le trottoir. Les travaux de réfection de route en plein jour,  en plein mois de décembre,  vers les axes et points les plus sombres de la Capitale qui, même sans réfection des routes,  sont des lieux d’embouteillage permanent pour ne citer  que Besarety Andravoahangy ambony. L’inertie du Ministère de l’eau avec les camions de la SAMVA soit qui viennent un jour sur deux soit qui ne viennent pas et les ordures qui ont débordé les bacs à ordure et se retrouvent sur la route sous le regard passif des présidents de fokontany. Les rues qui sont devenues soit des garages à ciel ouvert, des marchés,  des urinoirs. On a largement dépassé les 100 jours,  les responsables à chaque niveau sont des personnes qui sont de la même couleur politique que le Président de la République ne serait-ce que tous les ministres de ces secteurs concernés,  le nouveau magistrat de la Ville qui prendra fonction est également un proche du Président…mais même en attendant la prise de fonction du Maire,  les différentes causes d’embouteillages anti-économique et sources de diverses maladies exigent une synergie d’action entre ces différents ministères, ce qui semble être un concept inconnu. Ce ne sont pas quatre policiers à chaque carrefour qui arriveront à bout des embouteillages…c’est la prise de responsabilité du ministre des travaux publics,  du ministre de l’eau, du ministre des transports.  Ils pourraient,  les trois ensemble, partir ensemble d’Amboditsiry, être bloqués par les routes coupées d’Andranobevava et d’Andravoahangy Ambony, subir l’immense tas d’ordures au niveau Mascar…et rouler dans des voitures banalisées et non celles avec vitres fumées qui leur servent d’œillères, ils pourraient se rendre compte de ce que l’on attend réellement d’eux.

Claude Rakelé – La Gazette de la Grande Ile

La Gazette de la Grande Ile / Embouteillages : Les bouchons n’en finissent pas !

http://www.lagazette-dgi.com/?p=34893

Les embouteillages s’empirent à Antananarivo et cela en raison des cas de travaux dans certains axes routiers. La fluidité de la circulation demeure un problème permanent dans la ville d’Antananarivo. C’est même la bête noire des automobilistes surtout pour les taxi-be et autres qui cherchent à faire le plus de voyages possibles afin de pouvoir augmenter leur revenu. La réhabilitation des routes a pour but d’améliorer en quelque sorte la circulation car les routes en piteux état ne sont pas favorables à la fluidité de la circulation. A l’heure actuelle, même les deux roues ont du mal à circuler avec les embouteillages monstres qui prévalent dans la ville. La règlementation par rapport à la circulation des charrettes et autres n’est pas suivie à la lettre par les concernés. Il est clair que l’anarchie règne dans la capitale et face à cela, la police nationale effectue une campagne de sensibilisation à l’endroit des usagers de la route privilégiant l’éducation à la punition. C’est d’ailleurs dans cette optique que l’opération « Aro loza » a été initiée. Les charrettes qui circulent à toute heure n’est pas pour arranger la situation. Les bouchons n’en finissent pas et cela accroît de nouveau business comme le taxi-moto.

Jean Riana – La Gazette de la Grande Ile

Midi Madagasikara / Circulation dans la Capitale : Anarchie dans la conduite des deux-roues

http://www.midi-madagasikara.mg/faits-divers/2019/09/24/circulation-dans-la-capitale-anarchie-dans-la-conduite-des-deux-roues/http://www.midi-madagasikara.mg/faits-divers/2019/09/24/circulation-dans-la-capitale-anarchie-dans-la-conduite-des-deux-roues/

Les scooters ou véhicules à deux-roues sont en très grand nombre dans la Capitale. Ils sont loin de respecter le code de la route et représentent un réel danger aux automobilistes et aux piétons. Il n’est pas rare de voir ces scooters vous dépasser à vive allure, sans casque et en double montée. Pire encore, la nuit tombée, ces véhicules sont de loin, difficilement, identifiables, sans phare, aucun moyen de signalisation, prenant au dépourvu les chauffeurs et les piétons. Vu la gravité de la situation, une prise de décision des autorités responsables à tous les échelons devrait s’imposer pour rétablir l’ordre au niveau de la circulation. Des efforts qui devraient être pérennes.

Anastase – Midi Madagascar

Midi Madagasikara / Réhabilitation de la “Route des Hydrocarbures” : 10 milliards Ar offerts par l’association des riverains ARRHP

http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2019/09/13/rehabilitation-de-la-route-des-hydrocarbures-10-milliards-ar-offerts-par-lassociation-des-riverains-arrhp/

La réhabilitation des routes dans la Capitale reprend maintenant si c’était suspendu durant la visite du Pape François en terre malgache. Notons que le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics, met en œuvre le projet « Rues de Tanà », avec ses propres ressources. Le secteur privé a également apporté sa contribution. La preuve, l’association des riverains de la Route des Hydrocarbures et ses Prolongements dite ARRHP, vient d’allouer une somme de 10 milliards Ar, pour assurer la réfection de cette route des Hydrocarbures, à Ankorondrano, au départ du rond-point à Antanimena jusqu’à Tsarasaotra. L’objectif de cette association est non seulement de réhabiliter ce tronçon de route, mais aussi de construire des trottoirs pour les piétons, des canaux d’évacuation d’eaux usées dans le but d’assurer l’embellissement de la ville. Les travaux seront prévus achevés d’ici la fin de l’année 2019. L’ARRHP travaille également an partenariat avec le ministère de tutelle pour la réhabilitation de la Route du Pape.

Navalona R. – Midi – Madagasikara

 

Midi Madagasikara / Gare routière Maki : Les coopératives de la RN2 y seront à partir du 20 septembre

http://www.midi-madagasikara.mg/societe/2019/09/11/gare-routiere-maki-les-cooperatives-de-la-rn2-y-seront-a-partir-du-20-septembre/

L’Agence des transports terrestres (ATT) et le collectif des présidents de coopérative de transport routier ont annoncé hier la nouvelle disposition pour les lignes de taxi-brousse Antananarivo-Tamatave et Antananarivo-Fénérive- Est.

A partir du 20 septembre 2019, les départs et les arrivées auront lieu à la gare routière Maki Andohatapenaka et non plus à Ambodivona.  Pour cette première vague, ce seront 25 coopératives desservant la RN2 qui seront transférées à Andohatapenaka. Le Directeur général de l’ATT, Jeannot Reribaky a expliqué que, cette disposition a été prise dans le cadre de l’amélioration des services de transport à Madagascar. « Actuellement, les coopératives empruntant la RN1 et la RN7 sont déjà basées à la gare Maki et à partir du 20 de ce mois, les transporteurs de la RN2 vont les rejoindre », a-t-il continué son explication.

Une décision qui ravit les passagers. Interrogés sur cette nouvelle disposition, les quelques passagers croisés à Ambodivona sont plutôt contents même si certains d’entre eux estiment que la gare routière Maki est un peu éloignée. « Cette décision va peut-être permettre de solutionner les embouteillages causés par la gare routière d’Ambodivona » selon Rova. Pour d’autres, le va- et -vient des taxis-brousse à Ambodivona en plus de l’état déplorable de la route nécessite des mesures car il est presque impossible d’y circuler à certaines heures. Et si la solution est pour l’instant le transfert des coopératives à Andohatapenaka, il faut s’y faire. Bien évidemment, certains opérateurs ne sont pas contents de cette nouvelle disposition, comme si plus personne n’allait plus se rendre à Tamatave parce que le stationnement se trouve désormais à Andohatapenaka.

Anja RANDRIAMAHEFA – Midi Madagasikara