Midi Madagasikara / Accidents de circulation : Les « deux roues » ont fait de nombreux morts ces trois derniers mois

Accidents de circulation : Les « deux roues » ont fait de nombreux morts

Moyens de locomotion les plus utilisés en cette période de confinement suite à la propagation de la pandémie de Covid-19, les « deux roues », bicyclettes et motos confondus ont fait un carnage ces trois derniers mois. Sur les 18 accidents mortels survenus depuis le mois de juin jusqu’ici, recensés par le service de l’information et de la communication ainsi que de la relation avec les institutions auprès la police nationale (Sicri) à Anosy, sept accrochages concernent tous des motos. Les deux cas qui ont lieu le 1er septembre dernier confirment ces statistiques. Le premier s’est produit sur la RN1 au niveau du fokontany d’Ambodiafontsy, dans la Commune rurale Ampitatafika, district d’Antananarivo Atsimondrano. Un scooter de marque JOG pro monté par deux jeunes, âgés respectivement de 25 et 22 ans, a percuté de plein fouet la balise métallique de la route suite à un excès de vitesse. La violence du choc a gravement blessé la conductrice de la moto et a tué sur le coup la personne qu’elle transportait. Le deuxième a eu lieu sur la RN7, soit dans le district d’Ambatolampy où deux motards ont péri dans la collision entre leur moto et un camion. Également le 1er septembre mais cette fois-ci, la victime est un cycliste. Le drame est survenu vers 15 heures 45 sur la RN1, au niveau du fokontany Ambohimiorina, Commune rurale Alakamisy-Fenoarivo. Roulant derrière un camion, une bicycliste conduite par un homme de 48 ans a été fauchée par un camion semi-remorque venu en sens inverse après avoir raté un virage. A l’origine de cet accident, la défaillance survenue au niveau du système de freinage de la bicyclette. Parlant toujours des dégâts causés par les accidents des deux roues, le bilan dressé par la police nationale a révélé que sur les 55 accidents corporels enregistrés ces trois derniers mois, 39 sont des motos. La majorité de ces cas a été provoquée par l’imprudence les conducteurs comme la conduite en état d’ivresse.

T.M. – Midi Madagascar

Midi Madagasikara / Bilan du confinement : 89 accidents de circulation en 4 mois dont 26 morts

http://www.midi-madagasikara.mg/a-la-une/2020/07/29/bilan-du-confinement-89-accidents-de-circulation-en-4-mois-dont-26-morts/

On dirait que la brigade des accidents (BAC) de la police nationale au commissariat central de Tsaralalàna a beaucoup travaillé durant les quatre mois de confinement dans la Capitale. Hier, ce service a publié le bilan de ses interventions depuis le 23 mars jusqu’au 26 juillet. Durant cette période, les statistiques font état de 89 accidents de la circulation (motos, bicyclettes, et tous véhicules confondus). Il a été dénombré que 22 étaient mortels avec 26 morts et 67 accidents corporels. Pour ces derniers, 48 conducteurs, 21 passagers, et 30 piétons ont été blessés. Représentant environ une moyenne de 22 cas par mois, ces chiffres sont impressionnants si l’on se réfère au contexte qui a prévalu durant cette période où l’on a assisté à la restriction de la circulation sur presque tous les axes de la Capitale. Les usagers de routes auraient profité de cette situation pour ne pas respecter le code de la route car, dans la plupart des cas, l’imprudence des conducteurs et le non-respect du code de la route étaient à l’origine de ces drames. Imprudence car les statistiques mettent en évidence l’existence de 27 cas d’accidents causés par la conduite en état d’ivresse et qui ont blessé quatre piétons dont deux ont succombé à leurs blessures, huit chauffards et trois passagers. Le cas de problème technique est également évoqué mais cela ne devrait pas constituer une raison valable car les services de visite technique existant dans la Capitale n’ont pas fermé leurs portes pendant cette période. Les statistiques révèlent également le cas de ces six voitures administratives accidentées. La publication de ce bilan devrait éveiller l’attention des conducteurs, ainsi que celle du grand public.

T.M. – Midi Madagasikara

Midi Madagasikara / Avaradoha : Fuite d’un chauffard après un accident mortel

http://www.midi-madagasikara.mg/faits-divers/2020/03/24/avaradoha-fuite-dun-chauffard-apres-un-accident-mortel/

Le conducteur a fauché mortellement un piéton et ne s’est pas arrêté. Il a pris la fuite et n’a malheureusement laissé aucune trace de son méfait. Dimanche 22 mars dernier vers 20 heures, c’était un corps inanimé et baignant dans une mare de sang qui a été vu par les habitants d’Avaradoha. En voyant le corps du quinquagénaire, le légiste et les policiers ont vite compris qu’il avait été victime d’un accident mortel. Aucune trace pour l’instant de l’auteur mais une enquête a aussitôt été ouverte par la brigade des accidents de la police. Dans la capitale, les délits de fuite deviennent monnaie courante avec le manque d’infrastructures de contrôle. Les rues ne sont pas vidéosurveillées. Dans certains cas, les enquêteurs ont recours aux enregistrements des entreprises situées aux alentours pour essayer de comprendre les faits. Mais les vidéos sont limitées puisque les caméras installées auprès de ces commerces sont destinées surtout à surveiller les locaux et non les rues. Ainsi, à défaut de témoins oculaires, les malfrats en délit de fuite sont difficiles à retrouver. Sur le même chapitre, mais vu sous un autre angle, la période de confinement a réduit en nombre les accidents de circulation. Selon la brigade des accidents, on a enregistré huit cas depuis le 12 mars dernier. Ces cas ont fait un mort et neuf blessés. Un chiffre en baisse selon les statistiques de cette brigade. Le couvre-feu et la présence des forces de sécurité dans toute la ville ont eu des impacts positifs sur la circulation routière.

D.R. – Midi Madagasikara

L’Express de Madagascar / Ambohimangakely – RN2 : Une imprudence provoque un carambolage spectaculaire

https://lexpress.mg/11/02/2020/ambohimangakely-rn2-une-imprudence-provoque-un-carambolage-spectaculaire/

Le chauffeur d’une Audi a été placé en garde vue après avoir provoqué une série de collisions. La gendarmerie signale une conduite en état d’ivresse.

Dépassement suicidaire sur la nationale numéro 2. Trois véhicules sont entrés en collision. Montré du doigt d’avoir conduit en état d’ébriété, selon le rapport de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohimangakely, le  chauffeur d’un véhicule de marque Audi a été placé en garde à vue. L’individu de quarante et un ans a été placé en chambre de dégrisement, avant qu’il ne soit soumis au feu roulant des questions. L’accident s’est produit vendredi en fin d’après-midi  aux alentours de 17 heures. Roulant à tombeau ouvert, l’Audi venait d’Ambohimangakely et empruntait l’axe Est en direction de Toamasina, lorsque le pire s’est produit à la hauteur d’Andranomandry. En arrivant au point kilométrique 12+800, le quadragénaire a commis l’irréparable en doublant un véhicule de transport en commun de marque Mercedes Sprinter.

Passage forcé

En forçant le passage, il a frotté le flanc arrière de ce minibus. Alors qu’il était sur le point de passer, un autre minibus de marque Mercedes Sprinter a surgi de la direction opposée. Une collision à grande vitesse était inévitable lorsque la Audi et le deuxième minibus se sont retrouvées nez-à-nez. Dans sa course effrénée, la Audi a percuté de plein fouet celui venant en sens inverse. Après le choc, celui-ci s’est affalé sur son flanc gauche sur la bitume. Pour sa part, l’Audi a continué sa course effrénée pour s’immobiliser en pleine chaussée. Pendant que le véhicule fou bloquait la route, la circulation a été perturbée sur la RN2. Une longue file d’embouteillage s’est formée en à peine quelques minutes. Sitôt alertée, la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohimangakely a dépêché des éléments d’intervention sur les lieux du drame. En débarquant sur place, ces derniers sont venus en aide aux victimes. Ils ont, dans la foulée, rétabli la circulation en menant les opérations visant à libérer le passage. En même temps, la gendarmerie a fait le constat. Des dégâts matériels sont relevés sur les trois véhicules. En revanche, ils sont plus importants sur la première Mercedes Sprinter qui roulait devant l’Audi et que son conducteur a voulu dépasser.

Andry Manase – L’Express de Madagascar

L’Express de Madagascar / Plus de quatre cent véhicules jugés inaptes

https://lexpress.mg/08/02/2020/circulation-plus-de-quatre-cent-vehicules-juges-inaptes/

Sur les mille quatre cent dix-sept véhicules, plus de quatre cent véhicules ont été jugés inaptes et quatre-vingt ont été mis en fourrière. Ces chiffres résultent de l’opération de visite technique inopinée effectuée par la direction générale de la sécurité routière avec la gendarmerie nationale depuis le 3 février selon un communiqué. Une voiture est soupçonnée d’usage de fraude. L’enquête est ouverte. Une voiture n’ayant pas de papier et en mauvais état est retenu au centre de la visite technique en vue d’une enquête. Durant cette opération, deux voitures d’Etat ont été saisies sans papier et n’ont jamais passé une visite technique. Au constat, il a été prouvé lors de cette visite technique inopinée que la plupart des véhicules circulant dans la capitale sont en mauvais état surtout les camionnettes transportant du sable, du ciment et des marchandises. Beaucoup ne possèdent pas des papiers légaux. A part le mauvais état vu de l’intérieur et de l’extérieur des voitures, certains projettent beaucoup de gaz d’échappement. D’autres utilisent des réservoirs directs à travers des bidons ou des bouteilles. Cette opération vise à réduire les accidents de circulation, à détecter les véhicules en mauvais état créant des embouteillages, à poursuivre les véhicules sans papier. Les contrôles stricts des véhicules circulant dans la ville se poursuivront selon la direction générale de la sécurité routière.

Mamisoa Antonia – L’Express de Madagascar