Madagascar Tribune / Vers la régularisation et le contrôle des lignes suburbaines

https://www.madagascar-tribune.com/Vers-la-regularisation-et-le-controle-des-lignes-suburbaines.html

L’Agence des transports terrestres (ATT) et le ministère des Transports, du tourisme et de la Météorologie ont décidé d’améliorer le secteur du transport dans les lignes suburbaines. Hier s’est déroulée une réunion des transporteurs et des coopératives avec le ministère des Transports et l’ATT. Une commission mixte de contrôle (CMC) sera placée prochainement dans les différents itinéraires des axes suburbains pour contrôler les irrégularités et les infractions commises par les transporteurs. Les agents de police de la route assistés des contrôleurs désignés par les coopératives assureront ce contrôle.

« Après avoir piloté un test de régularité sur la ligne D (Tana-Ivato), nous avons décidé d’appliquer ce changement sur toutes les lignes suburbaines pour éviter les accidents liés à la mauvaise qualité des véhicules de transport en commun. Les lignes A, B, D, E, F, G, H, I, J sont toutes à surveiller », a expliqué le Général Jeannot Rerebaky, directeur général de l’ATT.

Ce dernier a déclaré qu’une formation des transporteurs et des coopératives sera effectuée la semaine prochaine pour faire connaître aux transporteurs et aux membres des coopératives leurs responsabilités dans le secteur du transport.

Des sanctions

« L’objectif est d’inciter les transporteurs à respecter les règlements et disciplines inscrits dans le cahier des charges. Beaucoup de transporteurs des lignes suburbaines ne respectent pas leur itinéraire en faisant des retours en chemin sans terminer leur trajet. En outre nombreux sont les véhicules en très mauvais états circulant sur les axes suburbaines et nous allons les contrôler avec l’ATT », selon Fidy Rakotoarimanana, président de l’Union des coopératives de transport suburbain (UCTS).

Après la formation des transporteurs de chaque ligne, les contrôleurs peuvent sanctionner ceux qui commettent encore des abus, selon toujours ce responsable.

« Tous dirigeants de coopératives et propriétaires de véhicules peuvent aussi être sanctionnés s’ils ne prennent pas des mesures concrètes face aux irrégularités des transporteurs. Nous avons déjà fourni à l’ATT tous les renseignements concernant les chauffeurs et les receveurs de taxis-be pour pouvoir les sanctionner en cas d’irrégularités comme les excès de vitesse, ou tous types de non-respect du cahier des charges. S’ils récidivent après avertissement, ils ne pourront pas s’affilier à d’autres coopératives », selon le président de l’UCTS.

Les types de sanction à l’encontre des transporteurs insubordonnés sont le retrait de permis de conduire ou de licence, le paiement d’amende, la mise en fourrière des véhicules, etc…

Fano Rasolo – Madagascar Tribune

Une nouvelle année, de nouveaux défis

« Dans un Madagascar développé, une réelle mobilité sera acquise pour l’ensemble de la population malgache, en particulier en milieu rural, pour leur permettre un accès permanent aux services socioéconomiques, et de participer activement au fonctionnement ainsi qu’à l’évolution du pays. »  Telle est la vision de développement formulée par les membres de l’ONG Lalana à l’horizon 2050.

Pour réaliser cette vision, un plan stratégique a été établi pour la période 2015 – 2020, dont le principal objectif est d’apporter un appui aux collectivités décentralisées à développer leur politique routière, pour que les services rendus par les routes rurales soient pérennes et inclusifs, et permettant l’amélioration de la mobilité. Pour cela, plusieurs activités sont prévues comme la formation des maîtres d’ouvrages routiers, l’appui à l’élaboration de registres routiers communaux et la programmation des travaux, l’organisation de chantiers écoles.

Nous commençons aussi en ce début d’année, plusieurs initiatives pour contribuer à l’amélioration du transport collectif dans la Capitale. Citons entre autres, un plaidoyer pour l’amélioration de la mobilité des personnes en situation de handicap et des personnes à mobilité réduite. Cette action a eu le support de l’Union européenne.

En fin de saison de pluies, une action qui consiste à renforcer les compétences en génie civil dans les bas quartiers de la Commune Urbaine d’Antananarivo sera entreprise pour la pérennisation des infrastructures. Un groupe de jeunes en situation d’abandon scolaire recevront des formations et construiront eux mêmes de petites infrastructures.  L’Ambassade des Etats-Unis nous accompagne sur cette initiative dans le cadre du Programme d’Auto Assistance.

Nous continuons cette année notre partenariat avec l’Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo. Les étudiants en stage à l’ONG Lalana sont initiés aux divers défis du développement.

Enfin, nous essaierons d’être plus présents sur les réseaux sociaux pour partager avec vous notre route et notre engagement pour le développement. Et pour commencer, nous vous souhaitons un très bon voyage pour les 366 jours à parcourir en 2016.

carte 2016.jpg

La ville de Londres lance son service de location de vélos

location-de-velos-londres
Un service de location de vélos sera lancé à Londres par TFL External link le 30 juillet prochain. Le maire de Londres a annoncé aujourd’hui que Barclays sera le principal sponsor de ce service.

Des informations diffusées sur le site web de Transport for London (TFL) indique que les vélos seront disponibles 24H/24 à partir du du 30 Juillet, avec 400 stations disséminées dans le centre de Londres (ce qui équivaut peu près à la zone 1 du métro). Lire la suite

Les transports à Mayotte : Problèmes de transport quand on vit sur une île

Quand on vit sur une île, les problèmes de transport et de déplacement fait partie du quotidien. Comment faire venir un objet, une marchandise introuvable à Mayotte? Quelques éléments de réponse.

Mayotte est composée de deux îles principales, Grande-Terre (365 km²) où se situe la « capitale » Mamoudzou, et Petite-Terre (10 km²), distantes l’une de l’autre de 2,8 km.

De par la situation géographique et démographique et les caractéristiques insulaires de cette collectivité, le transport est un secteur clé à Mayotte. L’île est en effet dépendante à la fois du maritime et de l’aérien pour ses échanges avec l’extérieur. Concernant le transport intérieur, son relief accidenté fait que le réseau routier est encore peu développé. En outre, il n’y a pas de transport en commun « classique » mais des taxis collectifs. Or, le réseau routier est déjà engorgé et le parc automobile devrait encore s’accroître, en raison de la forte croissance démographique (160.000 habitants recensés en 2002, 190.000 estimés en 2006) et de l’accroissement du niveau de vie des Mahorais.

Les principales infrastructures de transport à Mayotte sont les suivantes : un aéroport international et un port de plaisance en Petite-Terre, un port de commerce au nord de la Grande-Terre, ainsi qu’un système de barges pour relier les deux îles. Pour accompagner le développement économique et surtout démographique de l’île, l’amélioration de l’organisation du transport s’avère primordiale, notamment par le renfort des infrastructures portuaires et aéroportuaires ainsi que par la création d’un réseau de transport en commun. Lire la suite