Les Nouvelles / Rocade Nord Est-Est : les travaux de construction suspendus

https://www.newsmada.com/2020/03/31/rocade-nord-est-est-les-travaux-de-construction-suspendus/?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=twitter&utm_source=socialnetwork

Les travaux de construction de la nouvelle rocade Nord Est-Est sont suspendus depuis dimanche en raison de la situation d’exception liée à l’épidémie du coronavirus, apprend-t-on du ministère de l’aménagement, de l’habitat et des travaux publics (MAHTP). « Les difficultés de déplacement, mais surtout les risques liés à l’épidémie ne nous permettent pas de poursuivre les travaux. Car il faut savoir que de nombreux ouvriers venus des quatre coins de la capitale travaillent sur cet important chantier », a fait savoir un responsable au niveau du ministère. Alors que l’infrastructure routière devrait être opérationnelle d’ici janvier 2021, les travaux de construction connaîtront un retard de quelques mois, poursuit la même source. Pour rappel, la Rocade Nord-Est Est prévoit une route à quatre voies de 8,25 km, des raccordements urbains, de ponts et quatre zones giratoires.

Quant à l’entretien des routes à Antananarivo durant cette période de confinement, les travaux devraient commencer cette semaine suite au lancement d’un appel d’offre aux entreprises. « On a pu constater que les rues de la capitale sont complètement vides depuis la semaine dernière. Le moment est opportun pour traiter les point-à-temps. Et nous avons préparé une stratégie qui permettra de limiter le nombre d’ouvriers sur les chantiers, enchaîne notre interlocuteur.

Toutefois, quelques travaux d’entretien ont déjà commencé à Antananarivo notamment sur l’axe Ankorondrano et du côté de Bel’air. Le MAHTP annonce que les villes d’Antananarivo et d’Antsirabe seront priorisées dans le cadre de ces travaux d’entretien. Ce ministère prévoit de lancer l’entretien des routes dans les six grands villes de Madagascar en cette période.

Riana R. – Les Nouvelles

Midi Madagasikara / Réfection de la RN44 : Un projet pilote en Afrique, selon la Banque mondiale

http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2020/02/15/refection-de-la-rn44-un-projet-pilote-en-afrique-selon-la-banque-mondiale/

La bonne performance du MATP a permis à la Banque mondiale d’accélérer le traitement du dossier concernant le projet de réhabilitation de la RN44. Ce projet servira d’exemple en Afrique, selon les représentants de l’institution de Bretton Woods.

Etant donné que la population attend avec impatience la « reconstruction » de la route nationale 44, qui relie Moramanga et Ambatondrazaka, la Banque mondiale assure que le projet avance à grands pas, avec un processus de décaissement accéléré. Jeudi dernier, cette institution, conduite par le ministère de l’Aménagement et des travaux publics (MATP), a effectué une descente sur terrain. Selon le ministre Hajo Andrianainarivelo, plus de 75% des travaux d’installation de la base vie de l’entreprise CGC sont déjà achevés. En effet, c’est cette entreprise chinoise, disposant d’importantes expériences techniques en matière de travaux d’infrastructures routières, qui assure la réalisation des travaux de réfection. Pour le MATP, la qualité des infrastructures est désormais exigée, comme il s’agit d’investissement à long terme.

Qualité. Après la visite sur terrain, l’équipe du MATP et celle de la Banque mondiale ont organisé une réunion de concertation avec le maître d’œuvre pour discuter du respect strict des clauses indiquées dans le cahier des charges, surtout au niveau de la qualité de l’infrastructure et du respect de l’environnement. « La garantie de la qualité, la capacité à faire face aux problèmes qui pourraient survenir, ainsi que la préservation des intérêts des communautés concernées par les travaux doivent primer. Il faut que ce projet soit bénéfique à la population et, surtout, ne lèse pas les habitants dans les environs », a souligné le ministre Hajo Andrianainarivelo. De leur côté, les représentants de la Banque mondiale ont indiqué que ce projet est mené dans le cadre d’un nouveau concept. « Nous avons accéléré le traitement du dossier et le processus de décaissement n’a duré que 7 mois. Pour la Banque mondiale, ce projet de réfection de la RN 44 servira de bon exemple pour les projets d’infrastructures routières en Afrique », ont-ils indiqué, en notant que la Banque mondiale est prête à appuyer Madagascar dans tous les projets d’infrastructures routières du pays.

Antsa R. – Midi Madagasikara

Midi Madagasikara / Infrastructure routière : 10 heures de coupure de la RN4 ce jour au PK 433+500

http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2020/02/11/infrastructure-routiere-10-heures-de-coupure-de-la-rn4-ce-jour-au-pk-433500/

Les travaux de réhabilitation des routes nationales se poursuivent. Après les travaux d’urgence qui ont permis de rétablir la circulation au niveau des routes coupées, suite aux intempéries du mois de janvier, le ministère de l’Aménagement du territoire et des travaux publics  (MATP) et ses partenaires procèdent aux travaux de réhabilitation proprement dits. A cet effet, dimanche 9 février dernier, la RN4 a été coupée au niveau du PK 443+500 de 8h à 13h puis de 14h à 18h. Ce jour encore, une coupure est programmée sur ce même site à Anjiajia PK 443+500 pour les travaux de bitumage. D’après le MATP, cette coupure sera effective de 8h à 18h. A noter que la route à Anjiajia figure parmi les infrastructures fortement touchées par les pluies qui ont causé l’écroulement de routes et de ponts, des cas qui se comptaient en dizaines. Pour le ministère en charge des Travaux publics, l’objectif est non seulement de rétablir rapidement la circulation routière, mais également de réhabiliter les infrastructures fragiles afin qu’elles soient plus résistantes et durables. Un objectif qui a également conduit à l’intensification de la lutte contre les vols de pièces métalliques sur les infrastructures routières.

Antsa R. – Midi Madagasikara

Midi Madagasikara / RN4 et RN6 : Soutien de l’Union européenne aux travaux de réparation

http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2020/02/07/rn4-et-rn6-soutien-de-lunion-europeenne-aux-travaux-de-reparation/

Les régions du nord et du nord-est de Madagascar ont été fortement affectées par le passage de la dépression tropicale Diane, les 22 et 23 janvier dernier. Des impacts importants ont été constatés au niveau de la population et des infrastructures dans ces zones, selon le ministère de l’Aménagement du territoire et des travaux publics (MATTP). Ainsi, le gouvernement a décrété une situation de crise nationale le 24 janvier. Pour les infrastructures routières, la délégation de l’Union européenne à Madagascar, en coordination avec le MATTP, a pris des dispositions d’urgence pour des travaux de réparation suite au passage de cette dépression tropicale. Ainsi, l’entreprise SOGEA-SATOM a été mobilisée pour effectuer des interventions d’urgence dans les points suivants de la RN6 et la RN4. La brèche du pont de Mahajamba PK30 de la RN6 a été traitée avec un remblai provisoire protégé, à la base, grâce à un enrochement. Entre les PK519 et 520 à Ankazomahitsy et au PK526 à Manehoko, un traitement d’urgence de la chaussée a été effectué pour rétablir la circulation des véhicules. La brèche du pont d’Ifasy au PK537 de la RN6 a été traitée avec un remblai provisoire protégé à la base avec un enrochement. De même pour la brèche au PK230 à Kamolandy de la RN4. Ces travaux ont été finalisés, selon les informations officielles. En outre, les travaux d’aménagement d’un dalot et d’une déviation débuteront dans les plus brefs délais. « Depuis 2012, le programme de réponse aux dégâts climatiques, financé par l’UE à hauteur de 47,4 millions d’euros, a permis la réparation d’urgence des dégâts causés par les catastrophes naturelles, à l’instar des cyclones Enawo en 2017 et Eliakim en 2018, sur les infrastructures routières du pays », a indiqué la délégation de l’Union européenne.

Antsa R. – Midi Madagasikara

La Gazette de la Grande Ile / Travaux de réfection des routes nationales : La durabilité pousse à se poser des questions

http://www.lagazette-dgi.com/?p=38750

En  quelques jours de pluies, les impacts sur nos infrastructures routières se sont déjà fait sentir. Le cas en particulier des routes nationales qui commencent à montrer des signes de dégradation. Pas plus tard qu’avant-hier, l’agence de transport terrestre a même décidé de suspendre la circulation sur certaines parties de la RN4 et de la RN6. Pour cause, certaines portions de ces routes sont tout simplement devenues impraticables et l’ouverture à la circulation pourra exposer les usagers à un réel danger. Mais ce ne sont pas uniquement les routes nationales qui présentent des signes de détérioration en ce moment. La RN7 reliant Antananarivo à la partie sud de l’île présente également des signes de dégradation, comme ce qu’on a pu constater entre Ambatolampy et Ambositra. La mauvaise qualité des infrastructures étant dénoncée par des usagers comme parmi les origines de cette dégradation rapide. Viennent ensuite les véhicules poids lourds qui continuent de faire des surcharges. Après quelques années, voire quelques mois après les derniers travaux de réparation que déjà apparaissent les nids-de-poule. Pourtant, l’entretien de ces infrastructures coûte cher aux caisses de l’Etat. Avec des travaux qui ne durent pas dans le temps, ce sont toujours les contribuables qui se trouveront lésés. Ces derniers attendent des infrastructures de qualité et résistant à l’épreuve du temps pour répondre à leurs besoins.

Ranaivo – La Gazette de la Grande Ile