La Gazette de la Grande Ile / Embouteillages : Les bouchons n’en finissent pas !

http://www.lagazette-dgi.com/?p=34893

Les embouteillages s’empirent à Antananarivo et cela en raison des cas de travaux dans certains axes routiers. La fluidité de la circulation demeure un problème permanent dans la ville d’Antananarivo. C’est même la bête noire des automobilistes surtout pour les taxi-be et autres qui cherchent à faire le plus de voyages possibles afin de pouvoir augmenter leur revenu. La réhabilitation des routes a pour but d’améliorer en quelque sorte la circulation car les routes en piteux état ne sont pas favorables à la fluidité de la circulation. A l’heure actuelle, même les deux roues ont du mal à circuler avec les embouteillages monstres qui prévalent dans la ville. La règlementation par rapport à la circulation des charrettes et autres n’est pas suivie à la lettre par les concernés. Il est clair que l’anarchie règne dans la capitale et face à cela, la police nationale effectue une campagne de sensibilisation à l’endroit des usagers de la route privilégiant l’éducation à la punition. C’est d’ailleurs dans cette optique que l’opération « Aro loza » a été initiée. Les charrettes qui circulent à toute heure n’est pas pour arranger la situation. Les bouchons n’en finissent pas et cela accroît de nouveau business comme le taxi-moto.

Jean Riana – La Gazette de la Grande Ile

Midi Madagasikara / Nouveaux statuts du FER et de l’ARM : Délai de mise en vigueur de 6 mois sollicité par l’Union Européenne

http://www.midi-madagasikara.mg/a-la-une/2019/09/24/nouveaux-statuts-du-fer-et-de-larm-delai-de-mise-en-vigueur-de-6-mois-sollicite-par-lunion-europeenne/

Des réformes du secteur routier à Madagascar sont menées par le Gouvernement actuel, conduisant, entre autres, à la mutation de l’ancien Fonds d’Entretien Routier (FER) en Fonds Routier et à celle de l’Autorité Routière de Madagascar en Agence Routière de Madagascar (ARM). Selon l’Union Européenne, plusieurs projets structurants de Madagascar qu’elle appuie, sont menés par le biais de ces entités. « …Un changement de dénomination et de statut d’une contrepartie entraîne la modification contractuelle de tous les documents juridiques mentionnant cette entité, en amont entre les partenaires techniques et financiers et le Gouvernement, et en aval, entre le Gouvernement et toutes ses contreparties. Afin de ne pas bloquer les décaissements,… il serait souhaitable de prévoir un délai de mise en vigueur suffisamment long (minimum 6 mois)… », a indiqué l’Ambassadeur de l’Union Européenne, Giovanni Di Girolamo, dans une lettre adressée au ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, tout en félicitant les réalisations que ce dernier a entrepris depuis son arrivée au Gouvernement.

Spéculations. En effet, cette lettre a fait l’objet de spéculations politiques sur les réseaux sociaux. D’après son contenu, des décaissements sont prévus pour plusieurs projets passant par l’ancien FER et l’ancien ARM. L’Union Européenne prône alors un délai de mise en vigueur suffisamment long, pour les changements de statuts, afin que le processus de décaissements puisse se poursuivre, sans avoir à modifier les documents juridiques mentionnant ces deux entités. A noter que plusieurs projets routiers appuyés par l’Union Européenne, l’Agence Française de Développement (AFD) et la Banque européenne d’investissement (BEI), sont actuellement en cours de mise en œuvre. Il s’agit du Projet de « Modernisation du réseau routier de Madagascar », initié par la BEI sur la RN13 et la RN6, le « Corridor Commercial » avec la collaboration de la BAD (Banque Africaine de Développement) sur la RN9 et la RNT12A, les « Travaux de réparation des dégâts climatiques sur l’ensemble du réseau routier de Madagascar » et le projet Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) pour le développement durable et inclusif de Madagascar.

Antsa R. – Midi Madagasikara

La RN6 se dégrade davantage faute d’entretien – Site web Madagascar Tribune

La RN6 se dégrade davantage faute d’entretien

La RN6 reliant Ambondromamy à Ambanja se dégrade davantage. Réhabilitée en 2008, grâce aux financements de l’Union européenne, cette route semble n’avoir reçu le moindre entretien depuis plusieurs années. D’année en année, elle se détériore au grand dam des usagers. Les nids de poule d’il y a encore deux ans deviennent des nids d’autruche. L’étouffante chaleur tropicale d’Antsohihy devient de moins en moins respirable avec une véritable fumée de poussière qui souffle sur la route bitumée et qui ressemble actuellement à une tracée secondaire.

S’il y a encore 5 ans, il a fallu environ 12h sur route pour se rendre à Ambanja depuis la capitale, Antananarivo, et moins de 15h, il y a deux ans, aujourd’hui, les conducteurs de taxi-brousse reliant cet axe confirment qu’il faudra environ 18h pour le faire. Rien qu’entre Antsohihy et Ambanja, une distance de près de 189 km, il faut désormais plus de 5h pour réaliser cet axe alors qu’elle se faisait en trois heures.

Les intempéries de ces derniers temps, notamment les cyclones ayant frappé la Grande île et qui n’ont pas épargné par partie Nord du pays auraient aggravé la dégradation de cet axe routière de la RN6. Mais, il faudra également souligner que cette route a été pratiquement oubliée par les dirigeants depuis la Transition. La présence des hauts responsables de l’Etat issus de cette partie septentrionale de Madagascar, notamment durant le régime Rajaonarimampianina, n’ont pas du tout profité aux villes traversées par cet axe routier.

Pas plus tard qu’avant-hier, le jeune ministre des Travaux publics, Jacques Ulrich Andriatiana, pourtant originaire de cette partie nord de la Grande île a annoncé la signature d’un accord entre l’Etat malgache et la société chinoise China Road and Bridge Corporation (CRBC) pour la construction de la route RN5A, reliant Ambilobe à Vohémar, toujours dans le Nord de la Grande île. Mais il n’a jamais été question de la RN6. Toutefois, au mois de juin, le nouveau Premier ministre, Christian Ntsay également originaire du Nord de Madagascar, a ordonné à l’équipe d’Ulirch Andriatiana de réhabiliter la RN6.

Au mois d’avril, l’Union européenne a annoncé la fin des travaux de réhabilitation d’une partie de la RN6. Ces travaux ont notamment concerné l’axe reliant Ambanja à Ambilobe. Qu’en est-il alors de l’axe qui se trouve en amont de cette route ? Les usagers de la route, ceux qui utilisent notamment Antsohihy/Ambanja craignent qu’à la prochaine saison des pluies, cet axe ne sera plus praticable si aucune réhabilitation ne sera faite.

Arena R. – Madagascar Tribune

RN4 : Faute d’entretien, la route se rétrécit

https://i1.wp.com/www.sobikamada.com/media/k2/items/cache/a5d05b924388ba6402f6c0e1ad862683_XL.jpg

Les automobilistes se plaignent de l’absence de l’entretien routier le long de la RN4 reliant Antananarivo et Mahajanga. La chaussée se rétrécit à cause des broussailles qui poussent sur les deux côtés de la route, notamment entre Tampoketsa et Ankazobe. Le risque d’accidents routiers augmente alors que la période des vacances approche.

Source: http://www.sobikamada.com/fil-info/item/8789-rn4-faute-d%E2%80%99entretien,-la-route-se-r%C3%A9tr%C3%A9cit.html

TRAVAUX PUBLICS : Remise en état du tronçon de route Daraina-Vohémar

Ouf de soulagement pour les usagers de la RN 5A reliant Ambilobe à Vohémar. Les travaux d’urgence pour le rétablissement de la circulation sur la portion de route de 52 km, entre la commune rurale de Daraina et Vohémar sont achevés, après trois mois d’aménagement. Ceux-ci comprennent la reconstruction des ouvrages de franchissement et des accès ainsi que l’aménagement pour le confort des usagers par le traitement des points noirs. De source auprès du ministère des Travaux publics, la réception des travaux est prévue se dérouler vers la fin de ce mois.
« Bien que les travaux effectués sur l’axe RN5 A soient d’urgence, les impacts socioéconomiques en sont importants. Ceux-ci entraîneront une amélioration des activités économiques, tant commerciale, agricole qu’industrielle, sans oublier le bien-être de la population riveraine sur l’itinéraire concernée. La plus importante est la réduction des coûts de transport et les durées de trajet, surtout pendant la saison des pluies »,
avance notre source.
Cependant, même si la circulation sur l’axe Daraina-Vohémar ne sera plus vraiment un calvaire pour les usagers, beaucoup craignent que la route ne tienne pas longtemps, du fait qu’elle n’est pas goudronnée. Sauf changement, le bitumage de la RN5 A, avec l’appui de l’Union européenne, se fera sous peu. Rappelons que les coupures sur cette route, aux PK 116+850 sur le pont Bailey et PK 154+400, font suite au passage du cyclone tropical Chedza en janvier 2015. Pendant un an, les usagers de cette route pouvaient y passer tant bien que mal.

Source : Michella RAHARISOA

http://www.la-depeche.info/economie/travaux-publics-remise-en-etat-du-troncon-de-route-daraina-vohemar/