Les infrastructures peu fiables mises à nues

Le cyclone AVA a provoqué bien des dégâts dans presque toutes les parties de l’ile. Mais plus encore, la médiocrité et le faible degré de fiabilité de nos infrastructures, ont été démontré par le cyclone. Le pont Bailey de Vohiposa a été inondé puis emporté par les eaux durant la crue provoquée par les pluies lors du passage du cyclone AVA. Pour rappel, le pont Vohiposa située au PK 326+850 entre le Camp Robin et Ambohimahasoa s’est effondré au mois de septembre dernier après le passage d’une semi-remorque surchargée. Les réparations ont été effectuées grâce à l’intervention et le financement de l’Union Européenne à Madagascar et ont été achevées au mois de septembre même. Cependant, voici que moins de six mois après, le nouveau pont a été emporté et empêche à nouveau la circulation sur la route nationale 7 (RN7). Sur cette liste des infrastructures peu fiables se trouve aussi la digue de Soavina dans la capitale. Cette digue ainsi que le barrage de la rivière Sisaony avaient déjà cédé en 2015 suite à de fortes pluies et des inondations dans toute la ville d’Antananarivo. Le même schéma s’est reproduit dans la nuit du dimanche 7 janvier 2018. Plusieurs hectares de rizières se trouvent maintenant sous les eaux. Les quartiers environnant sont également inondés à cause de cette rupture de la digue. Les localités en contrebas de la rivière sont sous la menace d’inondation et certains habitants d’Itaosy ont été sommés de quitter leurs habitations hier dans la nuit. La montée du niveau des cours d’eaux dans la capitale étant prévu continuer dans les prochains jours, les responsables au niveau de la Commune de Soavina ont appelé à la prise de conscience des autorités face à cette nouvelle catastrophe. Insistant sur le fait qu’il faudrait dorénavant des réparations dans les normes et pouvant supporter les intempéries.

Profiteurs

Ces aléas ont amené certaines personnes à profiter de la situation. En effet, du côté de Soavina, les évacuations se sont monnayées jusqu’à 6 000 Ariary selon certains riverains, que ce soit pour des personnes ou pour des biens laissés dans les habitations inondées. Sur certaines portions de routes coupées par les inondations, les riverains ont également décidé d’aider les véhicules à traverser moyennant finance. A titre d’exemple, sur la RN7 au niveau d’Ampitatafika Antsirabe, il semblerait que les véhicules se font guider à travers les flots pour 10 000 Ariary. Dans certaines localités desservies par des routes nationales en très mauvais état, les transporteurs ont décidé d’observer des arrêts tandis que d’autres ont tout simplement décidé d’augmenter de deux, voire trois fois les frais de transport. Face à tout cela, les prises de responsabilités et les actions de l’Exécutif qui semble jusque-là débordé sont très attendues dans la Grande ile, autant dans les autres régions que dans la capitale. Mis à part l’acheminement de dons constitués de quelques vivres et produits de premières nécessités, la population attend des réponses qui pourront éviter un même scénario lors du prochain cyclone à venir.

Publicités

Projet LAMINA : Vers l’institutionnalisation du respect des droits des PSH

Projet LAMINA : Vers l’institutionnalisation du respect des droits des PSH

Permettre aux personnes en situation de handicap et celles à mobilité réduite de jouir pleinement de leur droit…au transport public, tel a toujours été  un défi fixé par le projet Lamina. 

Voyager dignement, prendre un véhicule de transport en commun comme tout le monde, telles sont les choses auxquelles toutes les personnes en situation de handicap (PSH) et celles à Mobilité réduite (PMR) ne peuvent pas jouir. Une situation qui les prive de leurs droits fondamentaux, ce malgré les quelques changements de comportement observés chez certains conducteurs. Ces derniers qui sont considérés comme ayant pris conscience des droits foulés au pied. Le lancement du concours “Transporteurs amis des PSH«  entre dans le cadre de ce souci du respect des droits des personnes en situation de handicap et à mobilité réduite. Entrant dans le cadre de la mise en oeuvre du projet “LAMINA ou Lalanjotra Miaty ny Namana”, le concours entend “ encourager les opérateurs des transports en commun pour quils adoptent un comportement envers les PSH et les PMR au quotidien .

Implication. Faire en sorte que les institutions liées au domaine du transport, de la sécurité et de la gestion de la circulation (le Ministère du Transport et de la Météorologie –le Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion Féminine–le Service de transport auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo -le Service des relations publiques et du suivi-évaluation la DGSR –la Police Nationale –l’UCTS–l’UCTU–la Direction des Infrastructures et Normes de l’Agence Terrestre du Transport–et la FMA) participent de façon active dans les actions de plaidoyer pour le respect des droits des personnes en situation de handicap et à mobilité réduite, tel est l’objectif premier de ce concours “transporteurs amis des PSH et des PMR”. Une façon pour les initiateurs de permettre une synergie desdites actions. Un moyen également de rechercher des partenaires pour améliorer le système de transport public.

Concours. Des « taxis-be » de la capitale seront considérés comme des échantillons. Ils feront l’objet d’observation durant dix jours à compter du 27 novembre. Les membres de l’équipage des « taxis-be » des coopératives de l’UCTU, de l’UVTS et de la FMA ainsi que les propriétaires des véhicules de transports seront, à cet effet, évaluer sur les comportements adoptés envers les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite durant le délai imparti de deux mois. Pendant cette période, ceux qui feront preuve de changement de comportement seront recompensés en fonction de leur degré d’implication. Par ailleurs, la proclamation officielle des résultats est prévue se dérouler avec la clôture officielle du projet LAMINA. L’amélioration du système des transports publics est une priorité étant donné que l’on parle de la vie des populations. Une amélioration qui engage en premier lieu les responsables des ministères, des coopératives et surtout les propriétaires des véhicules.

José Belalahy

FACILITATION D’ATELIERS POUR LA MISE EN PLACE DES NORMES SUR LES TRANSPORTS PUBLICS A MADAGASCAR SELON LE PRINCIPE CONCEPTION UNIVERSELLE

  1. CONTEXTE

L’ONG Lalana met en œuvre le projet de plaidoyer et actions pour une meilleure mobilité des Personnes en situation de handicap, en co financement avec l’Union européenne. L’objectif étant  l’amélioration de  l’utilisation des transports publics pour les Personnes en Situation de Handicap (PSH)  et à Mobilité Réduite (PMR), le projet a déjà mené des actions de plaidoyer auprès des acteurs de transports aboutissant aux engagements de ces derniers à prendre des décisions et agir en faveur  des PSH. Des sensibilisations sous forme de mise en situation et de dialogue sont  en cours. Actuellement, le projet compte mettre en place  pour  Madagascar  des normes dans le domaine du transport public  selon le paradigme « conception universelle ».La conception universelle, se définit généralement au moyen de la définition « Mace » issue des États-Unis comme étant le fait de « la conception de produits et d’environnements qui soient utilisables par tout individu, dans la plus grande mesure possible, sans recourir à l’adaptation ou à la conception spécialisée. » (Mace 1985, Mullick & Steinfeld 1997, Ostroff 2001). Des ateliers d’études qui réunissent  des représentants des consommateurs, des autorités publiques et des experts de la normalisation sont prévus pour la mise en place de ces normes. Le présent appel à consultation porte sur la facilitation des ateliers conduisant à l’élaboration du document pour examen et adoption par le gouvernement Malagasy.

  1. OBJECTIF DE LA MISSION

Produire un document sur les normes dans le domaine du transport public suivant les avis et recommandations des participants des ateliers.

  1. LIVRABLES ATTENDUS
  2. Une synthèse des besoins des Personnes en Situation de Handicap en matière de transports publics identifiés lors des ateliers ;
  3. Un document des normes pour des services, des équipements et véhicules du transport public accessibles prêt pour transmission aux diverses institutions qui le soumettront au gouvernement  pour approbation.
  4. CONDUITE DE LA MISSION ET DES TACHES
  • Bien lire les TDR et être en contact avec l’équipe technique du projet pour l’orientation et la supervision
  • Collaborer avec un assistant facilitateur qui fera office de rapporteur
  • Préparer et proposer des documents qui alimenteront les échanges durant les ateliers en s’inspirant de l’orientation ci-haut indiquée
  • Favoriser la méthodologie participative lors des ateliers
  • Remettre une copie de son exposé sur support papier (en power point, 4 diapositives par page au maximum) et une copie par courriel à l’ONG Lalana et aux responsables du projet LAMINA 48 heures avant le début de chaque activité.
  • Sur base des échanges au cours des ateliers, faire un rapport synthétique de 4 à 8 pages sur les des besoins des Personnes en Situation de Handicap en matière de transports publics
  • Recueillir les propositions des participants sur les normes et les capitaliser dans un document
  • Remettre le document aux responsables du projet 7 jours après le dernier atelier
  1. PROFIL DU CONSULTANT
  • Education 

Avoir un diplôme universitaire supérieur dans le domaine  de transports, de construction automobile,  de travaux publics ou d’autres domaines connexes.

  • Expériences professionnelles et compétences

Avoir une bonne maîtrise du domaine du transport public

Avoir une expérience en recherches, en conception d’infrastructures

Avoir une très bonne compréhension du monde des PSH et par extension le paradigme conception universelle

Avoir une bonne expérience dans la mise en place des normes

Avoir une bonne connaissance des institutions publiques

Avoir une grande capacité de communication

  1. DUREE DU CONTRAT

L’atelier aura lieu en juillet – aout 2017. Le travail sera exécuté en 10 jours répartis en 4 jours d’ateliers, 4 jours de préparation, et 2 jours de rapport.

Les rapports devront contenir  des observations et  recommandations sur les tâches à accomplir pour atteindre les objectifs de l’atelier.

  1. DATE LIMITE DE CANDIDATURE : 30/06/17

Envoyer par email votre offre technique et offre financière à l’adresse lalana@lalana.org et lalana@moov.mg . Veuillez mentionner l’intitulé du poste

Ateliers pour l’élaboration des normes sur les transports urbains publics selon la conception universelle

CONTEXTE

L’ONG Lalana met actuellement en œuvre le projet de plaidoyer et actions pour une meilleure mobilité des Personnes en situation de handicap, en co financement avec l’Union européenne.Un projet qui contribue à l’atteinte de l’objectif assigné par le Plan National d’Inclusion du Handicap et qui va de pair avec le Plan National de Développement.  L’objectif étant  l’amélioration de  l’utilisation des transports publics pour les Personnes en Situation de Handicap (PSH)  et à Mobilité Réduite (PMR), le projet a déjà mené des actions de plaidoyer auprès des acteurs de transports aboutissant aux engagements de ces derniers à prendre des décisions et agir en faveur  des PSH. Des sensibilisations sous forme de mise en situation et de dialogue sont  en cours. Actuellement, le projet compte mettre en place  pour  Madagascar  des normes dans le domaine du transport public  selon le paradigme « conception universelle ».La conception universelle, se définit généralement au moyen de la définition « Mace » issue des États-Unis comme étant le fait de « la conception de produits et d’environnements qui soient utilisables par tout individu, dans la plus grande mesure possible, sans recourir à l’adaptation ou à la conception spécialisée. » (Mace 1985, Mullick & Steinfeld 1997, Ostroff 2001). Des ateliers d’études qui réunissent  des représentants des consommateurs, des autorités publiques et des experts de la normalisation sont prévus pour la mise en place de ces normes.

OBJECTIF

Mettre au point par voie de consensus entre des experts du domaine et selon les principes de conception universelle un document qui fournit des recommandations, sur la conception et la performance des produits et  services du transport en commun à Madagascar.

RESULTATS ATTENDUS

  • Les besoins spécifiques des PSH et PMR au niveau transports publics sont identifiés,
  • Les observations et amendements pertinents aux solutions sont recueillis,
  • Les normes dans les domaines de transport public  sont validées.

APPROCHE METHODOLOGIQUE

Pour l’atteinte des objectifs de cette activité, l’approche méthodologique pour chaque rencontre consisteraen:

  • Des plénières avec des exposés présentant les différentes thématiques des normes à considérer suivi d’échanges sur les :
    • Infrastructures (arrêts bus) : environnement, bâtiments, équipements et installations, signalisation (visibilité).
    • Moyens de transport : type de véhicule, visibilité, dimensions des sièges et porte…, accès…
  • Des travaux de groupe, au cours desquels chaque acteur présente ses besoins qui sont ensuite regroupés dans une matrice par l’ensemble du groupe, en fonction des différentes thématiques ;
  • Une plénière de restitution des travaux d’où sortiront des recommandations sur les normes à adopter.

 

DEROULEMENT

Il est prévu d’organiser 4 ateliers, dont trois consultatifs et un de validation.

Atelier 1 :

  • Rappel de quelques concepts (situation de handicap, conception universelle, chaînes de déplacement, obstacles, normes), un  préalable pour une  compréhension commune et un meilleur cadrage des discussions.
  • Le handicap est le résultat d’une interaction entre les déficiences physiques, sensorielles, mentales ou psychiques entraînant des incapacités plus ou moins importantes, qui sont renforcées en raison d’un environnement inadapté ou inaccessible. Définition de l’Organisation Mondiale de la Santé.
  • Le principe de la « chaîne du déplacement » implique qu’une personne handicapée, et ce, quelle que soit sa déficience, puisse se mouvoir librement à l’intérieur de son logement, à l’intérieur d’un bâtiment d’habitation quand il est collectif, de la sortie du logement ou du bâtiment d’habitation aux équipements et établissements recevant du public, dans les différents modes de transports privés et publics, l’intérieur des bâtiments publics, etc. Un maillon manquant suffit à annuler le bienfait de tous les autres et à empêcher totalement l’accès, plaçant la personne dans une situation d’exclusion. In  Comment concevoir et promouvoir un environnement accessibles pour tous ? Handicap International Novembre 2009               
  • Portrait de la situation actuelle (le service offert par les transporteurs, le projet LAMINA : rappel des engagements des acteurs de transport – l’enquête sur la satisfaction des PSH et PMR, Charte de la ville accessible)
  • Identification des besoins spécifiques des PSH et PMR au niveau du transport public.

Atelier 2 :

  • Rappel des besoins spécifiques des PSH et PMR au niveau du transport
  • Elaboration des normes pour des services du transport public accessibles

Atelier 3 :

  • Rappel des normes pour des services du transport public accessibles
  • Elaboration des normes pour des équipements et véhicules du transport public accessibles

Atelier 4 :

  • Récapitulatif des ateliers 2 et 3
  • Validation des normes pour l’accessibilité des PSH et PMR aux transports publics à Madagascar.